Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord



6 janvier 2014

Mon séjour près de Bitung

Mon séjour près de Bitung

Sur l'île de Sulawesi, la dernière île où j'ai arrêté en Indonésie.

En arrivant le 24 décembre, j'ai essayé de choisir un bel endroit pour jeter la pioche. Une pluie et un vent d'enfer m'attendaient. J'ai pu prendre ma douche à l'eau douce. Par contre, je me suis ancré un peu trop loin du bord cette fois-ci. Le fond montait très rapidement. J'en ai ramé une méchante chotte pour me rendre à terre. Mon système pour les rames est très médiocre alors lorsqu'il ventait je dérivais jusqu'à l'autre village à côté. Mais avec de la patience, j'arrivais à bout. Je ne voulais pas me retrouver à travers les cargos qui se retrouvent directement à Bitung. Je me situais environ à 8 km du centre-ville. Directement dans un village de pêcheur. Ce village et ses environs semblent plus peuplés que B...

Lire la suite >

20 décembre 2013

L'entonnoir

L'entonnoir

J'arrivais au sud-est de l'île de Sulawesi. Le premier point GPS que je m'étais fait me situait afin d'éviter un banc de coraux qui se trouve au large d'une autre petite île proche de Sulawesi. En fait, je devais passer entre ces deux îles. Et surtout faire attention à ces coraux, qui ne se voient pas à la surface de l'eau. De toute manière, j'arrivais de nuit. Je ne voyais pas la petite île qui n'était pourtant pas si loin lorsque j'ai commencé à voir celle de Sulawesi à l'horizon. Il y avait des lumières sur cette dernière. Mais les lumières qui devaient être sur la petite île n'y sont pas. La lune était presque encore pleine cette nuit-là. La route pour éviter les coraux se situaient au début à 190 et plus j'avançais vers le goulot d'étranglement, elle devenait petit à petit 20, 21.....

Lire la suite >

18 décembre 2013

On lève l'ancre à voile

On lève l'ancre à voile

Contre toute espérance mon extension de visa était prête mardi matin. Sur le chemin pour m'y rendre j'ai fait des prises de vues sur la file d'attente de mobylettes aux pompes de la station-service. Elle est tellement longue que les stations-services improvisées se sont multipliées un peu partout sur les routes. Ces dernières transversent l'essence dans des anciennes bouteilles d'eau. Les personnes attendent sur le bord de la route avec leur dizaine de bouteilles de ce précieux liquide. Et lorsqu'un client se présente, elles transversent le contenu à l'aide d'un entennoir dans le réservoir de la mobylette. J'en ai même vu un partir avec une bouteille de surplus. Le poste à essence artisanale que j'ai filmé, c'est vraiment drôle, c'est une gang de femmes qui me salue toutes les fois que ...

Lire la suite >

16 décembre 2013

Navigation difficile


Je le savais depuis longtemps, mais pas à ce point. Lorsque je regardais les fichiers météo en Afrique du Sud pour la météo d'ici. Il y a avait du bon vent entre les îles. Mais, c'était il y a deux mois. Les saisons changent. La zone de convergence inter-tropicale bat son plein. Rendu à Bali, j'en avais fait mon deuil. Mais pour moi, avancer au moteur c'est très difficile.

Je calcule que depuis Bali j'ai parcouru 393 miles nautiques. Donc 233 miles au moteur et 160 à la voile. Le nombre d'heures à la voile est vraiment plus grand. 90 h de voile pour 56h de moteur. Ça me donne une moyenne de 4.16 noeuds à moteur et 1.7 noeud à voile. Sérieusement, j'ai hissé le spi plusieurs fois. Et la vitesse sur l'eau variait entre 0 et 1 noeud. J'ai vraiment été chanceux, j'avais la plupart du...

Lire la suite >

13 décembre 2013

Je suis reparti !


Mercredi matin, j'ai pris le temps de bien caréner la coque. Il y avait du coquillage là dessous! La dernière fois remonte en Afrique du Sud. À Bali, l'eau est tellement polluée que je ne me suis pas risqué. Mais où je suis ancré à Lombok, l'eau est tellement limpide que c'était le meilleur endroit. Je prends toujours environ deux heures pour le travail avec palmes masque et tuba. Je gratte avec un grattoir en métal comme pour tirer des joints. Rien ne semble briser dessous la ligne de flottaison. Il reste de la peinture antisalissure. Mais les coquillages et les algues trouvent le moyen de pousser. Après le grattage, je me lave à l'eau de mer. Shampooing pour les cheveux, savon ordinaire pour le corps. Je me rince directement dans la mer, je saute à l'eau! Hop! Beaucoup plus rapide qu'...

Lire la suite >

10 décembre 2013

Cauchemard


J'arrivais dans un endroit perdu du monde, presque détaché de la civilisation. Les enfants nus couraient sur la plage, intrigués par ce blanc venu d'une autre planète. Ne parlant pas leur langue, impossible de se comprendre vraiment. Mais l'un d'entre eux, un jeune adulte, a compris, visiblement ce ne sera pas ici que j'aurai l'aide adéquate. Une vieille femme, tout de même bien en forme, m'offrait sa case pour me reposer. Ce n'est pas un hôtel, mais elle m'offre tout ce qu'elle peut m'offrir. Décidément, il est difficile de se comprendre lorsque l'on ne parle pas la même langue. Ai-je l'air si fatigué? L'un d'entre eux, vu que je m'approchais de ses plats, réussit à m'offrir à manger, des bananes frites! C'est tellement bon avec un bon café. Je n'avais simplement pas la force de me fai...

Lire la suite >

2 décembre 2013

Le monde... je fais de belles rencontres! Et je commence à comprendre des choses.

Le monde... je fais de belles rencontres! Et je commence à comprendre des choses.

Samedi matin j'avais du travail à faire. Deux arbres à planter. Et comme je fais ça à l'incognito ici, à 5h j'étais debout en prenant mon café. Je les plante l'autre côté de la rive, je dois traverser à marée haute. J'avoue que ce n'est pas la seule chose qui me réveille tôt. Il y a un nouveau visiteur sur Loréline. Sa première visite remonte à mercredi soir. J'ai entendu quelque chose bouger. Une bibitte quelconque s'est approchée de mon visage durant la nuit, je l'ai entendu. Elle m'a réveillé. Sur le coup je croyais à un petit lézard. Je me suis levé et j'ai regardé un peu partout. Mais je n'ai rien vu. J'ai essayé de dormir de nouveau. Mais dans ces circonstances, je trouve ça un peu difficile de fermer l'oeil. Dans la nuit de jeudi, je l'ai vu. Il est revenu, c'est un rat. J'étais ...

Lire la suite >

29 novembre 2013

À force de forcer, on y arrive !

À force de forcer, on y arrive !

Mercredi matin, j'avais terminé ma plantation d'arbres à 6h30. Je buvais mon café après avoir terminé mon travail. Le soleil se levait et je relaxais. Ni vu ni connu, je venais juste de planter mes 3e et 4e en terre indonésienne. Je pensais aux belles années ou je passais le journal. Je n'ai pas perdu mes habitudes de me lever avant la plupart des gens. Et ensuite le travail fait, je peux relaxer.

Ensuite, je me suis rendu au centre de service Sony. Le technicien a réussi à réparer ma caméra. C'était un entretien de routine. L'humidité avait pénétré à des endroits non désirables. Il a graissé le tout et le tour était joué. Je lui ai parlé de mon pilote automatique. Comme ça au cas où!

Jeudi matin, je prenais mon café paisiblement en regardant le lever du soleil. Lorsque j'...

Lire la suite >

27 novembre 2013

La ville de Denpasar

La ville de Denpasar

Après avoir passé l'étape du choc de la pollution et du trafic trop intense. Après avoir fait mon entrée au pays, je commence à avoir un peu de temps pour me perdre aussi. Je roule en vélo et j'explore. Il y a certains endroits que je dois rechercher bien sûr, mais j'en profite pour me perdre un peu. Ma caméra vidéo commence à faire défaut et j'aimerais bien trouver un endroit pour réparer mon pilote électrique. J'ai très peu d'espoir, mais j'aime mieux essayer de trouver. Je n'ai pas de carte bien détaillée. Je roule et je m'informe. Certaines personnes ne savent pas lire une carte. Il m'est donc un peu difficile de me repérer. Mais les rues sont tellement belles. La végétation pousse vraiment bien. L'architecture asiatique se retrouve un peu partout. Il y a des petits temples pour pri...

Lire la suite >

25 novembre 2013

La première chose que j'ai faite

La première chose que j'ai faite

La première chose que j'ai faite en arrivant Quel désastre environnemental. Ces déchets partout. Ils flottent même dans la marina. Sous n'importe quel format. J'ai ramassé une gougoune avec des algues dessus. L'humanité... Il faut arrêter tout ça. Ici, c'est décourageant.

En arrivant, les monsieurs de la marina de Benoa à Bali, étaient là pour recevoir mes amarres. Je n'avais pas le temps de souffler, prendre une douche ou quoi que ce soit. Je devais me régulariser avec les autorités. J'ai eu le plaisir de sortir mon vélo, un peu rouillé d'ailleurs. Mais je n'avais pas le temps de le mettre en ordre, un peu de lubrifiant par ci et par là. Et je saute dessus à la recherche des 56 bureaux qu'il faut que je fasse le tour. Mais comme un peu partout ailleurs, personne ne sait exacteme...

Lire la suite >

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 12 décembre 2018