Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord



31 janvier 2014

Enfin, il fait beau!


Jeudi matin je me lève avec un soleil resplendissant. Il est seul dans le ciel. Aucun nuage pour l'accompagner. Le fond de l'air est frais. Mais je suis toujours bien en tenue très légère. J'ai largué un ris dans la grand-voile ce matin. Le vent diminue lentement, mais sûrement. Il ne restera presque rien d'ici quelques jours, l'anticyclone au nord fait son travail. La dépression au sud semble se pousser vers l'ouest pour le moment.
Nous avons fait presque 90 miles hier. Malgré les quelques heures que j'ai passées à réorganiser le gréement. Je réfléchissais ce matin sur ma journée d'hier. Je dois avouer que j'ai gardé mon calme. Mais intérieurement, si j'avais eu le soudeur entre les mains, il aurait été possible que je lui torde le cou. Mais je dois constamment me dire que la vie ...

Lire la suite >

29 janvier 2014

Y'a toujours des choses pires que ça...


Dimanche, il restait encore des gros nuages dans le ciel. L'un d'entre eux qui s'avance sur nous change le vent de directions de 400 environ. Notre cap change trop à mon goût et nous nous dirigeons presque vers l'ouest. J'effectue un virement de bord. Une fois le nuage passé le vent reprend sa direction initiale. Je revire de bord. Nous faisons un cap compas d'environ 3500. Avec la dérive environ 3400. Je crois que nous sortons tranquillement du courant qui pousse vers l'ouest. Du moins, il devrait commencer à s'incurver bientôt vers le nord, il me semble qu'il perd de son intensité à nous déporter vers l'ouest.

Lundi, nous entrons dans une zone de haute pression. Comme l'indique le baromètre. Les gros nuages noirs ont quitté les lieux, par ici, les petits cumulus sont partout. L...

Lire la suite >

27 janvier 2014

Toute une mer !


Samedi matin, déjeuner avec 2 advils et cafés. Il me semble avoir déjà vu ce genre de mer il y a de cela quelques mois... C'était dans l'océan Indien ou plutôt dans l'atlantique sud... La mémoire fait défaut. À très peu de choses près, la différence, la mer d'aujourd'hui je la prends de front. Elle est un peu moins grosse aussi, quelques mètres de moins.

J'ai essayé un nouveau concept cette semaine. Il a tout de même bien fonctionné. Ces vents étaient attendus et je pouvais m'y fier, il n'y avait pas de doute. Le vent s'en venait progressivement. J'ai commencé mercredi en fin de journée. Les fichiers météo annonçaient tout ça. Je voyais des grosses bandes de nuages s'en venir d'une couleur très foncée. Je me suis dit tiens, je vais prendre des ris avant d'en avoir besoin. Belle e...

Lire la suite >

22 janvier 2014

Je suis enfin parti pour le Japon

Je suis enfin parti pour le Japon

Me semble que ça fait plus d'une fois que je dis ça... Je me doutais bien, je redoutais bien cette traversée. Le vent du nord-est ne me la laissera pas facile. La mer est grosse. J'ai remarqué finalement lorsque les nuages se sont dissipés. Pas au complet bien sûr, mais au moins pour me laisser mieux voir la mer. Lundi, j'ai remarqué l'énorme vague de fond que je montais et redescendais constamment, elle vient du nord. Et il y a aussi une vague qui vient de l'est. Celle-ci est plutôt d'environ un mètre. Cette mer croisée me fait de drôle d'éclat de paquet de mer.

En fin de journée lundi, j'ai vu une dorade sortir de l'eau. Elle a sauté d'une vague à l'autre d'un coup. Et elle est ressortie quelquefois tout de suite après. Une grosse dorade, environ 30 pouces. Si elle se faisait p...

Lire la suite >

20 janvier 2014

L'heure du départ avait sonné


J'avais laissé ma marque... J'avais remis en place mon enrouleur de génois. En plus de m'être ravitaillé en eau et en nourriture. La météo semblait bonne pour les prochains jours. J'aimerais bien rester pour découvrir mieux l'île et ses résidants, mais l'heure du départ avait sonné. Je ne dois pas rester ancrer dans ce carré de sable, je dois continuer.

J'ai récupéré la tubulure de l'enrouleur lundi en fin de journée. Je l'ai donc remis en place aussitôt en ma possession. Je prenais le temps, étape par étape afin de ne rien oublier. Seul, c'est un peu compliqué, mais ce n'est pas la première fois que je m'amuse avec lui. Mais là, je ne suis pas à terre, si j'échappais une pièce à l'eau, ce pourrait être fatal pour sa remise en service. Il y a plus de 80 pieds d'eau par ici. Mais,...

Lire la suite >

17 janvier 2014

Mon séjour sur l'île de Koror

Mon séjour sur l'île de Koror

Mon séjour sur l'île de Koror, dans la République de Palau Cet atoll a toute une histoire que je ne connais pas en détail. Mais il faut imaginer la 2e guerre mondiale avec les évènements qui ont eu lieu dans le pacifique. Selon ce qu'un résidant m'a dit, elle a appartenu aux Allemands, ensuite au Japon et ensuite aux Américains. Elle aura donc servi de base navale pour les Américains lors de la 2e guerre et aussi lors de la guerre du Viet Nam. Chose intéressante à savoir, je ferai des recherches plus approfondies lorsque j'aurai du temps. Lorsque l'on est sur place, Il est facile d'imaginer les gros navires de guerre ancrés un peu partout dans les baies très bien protéger à travers les montagnes. Cette image donne un drôle de sentiment à naviguer dans cet atoll.

Une fois mon entr...

Lire la suite >

15 janvier 2014

Les autorités...

Les autorités...

sympathiques somme toute... Ils m'ont toujours bien offert de me reconduire au guichet automatique après m'avoir facturé près de 300$ de frais de temps de surplus pour avoir entrée dans l'île la fin de semaine... Très sympathique...

Je suis un peu innocent parfois. Je crois que l'humain peut être compréhensible lorsqu'il nous arrive des pépins. Mais ill faut faire attention, car les requins savent toujours profiter de l'occasion. Et l'autorité, il ne faut pas jouer avec ça.

Après mon ancrage de fortune de vendredi, j'ai fait l'erreur de débarquer à terre. Normalement, les gens de la place sont en mesure de me dire où je dois m'adresser pour les formalités. Anciennement sous gouvernement américain, l'autorité ici a gardé sa rigueur américaine. J'aurais dû appeler sur le can...

Lire la suite >

13 janvier 2014

Samedi matin 11 janvier 2014


Je suis encore une fois assis sur Loréline. Nous sommes ancrés dans un endroit tout à fait paradisiaque. Le ciel est gris, il pleut légèrement et je peux voir la transpiration de la forêt. Image très particulière... Il fait chaud, mais c'est supportable. On voit que la végétation est pleine de vigueur. Je prends un café, cette fois-ci je n'en manquerai pas.
Toutefois, il y a un bon vent frais, parfois par rafale. Le vent vient du nord. Nous sommes situés au sud d'une butte. Elle nous protège au moins de la mer qui serait méchante sinon. Mais la butte doit aussi faire accélérer le vent. Alors, les rafales sont vraiment puissantes. Mais l'ancre tient dans du beau sable blanc, probablement de l'importation! Quelle chance que j'ai eu d'identifier finalement cet ancrage. Hier matin à pa...

Lire la suite >

10 janvier 2014

Ensuite au programme,


Faire de l'est c'est bien beau, mais ce n'était pas tout. Il y avait une dépression au programme. Elle est apparue depuis une semaine environ. En soi, elle n'est pas si mal. Mais sachant très bien que tous les facteurs sont réunis dans les parages pour lui donner la possibilité de devenir un typhon, il n'y a pas de folie à faire avec cette dépression. De plus, elle a tendance, selon les prédictions, à faire une trace un peu particulière, elle revient directement au centre de la mer, laquelle je veux traverser. Au début, je voyais bien le vent qui me faisait facilement faire du nord. Mais par la suite, je me suis fait ramener à l'ordre par un ami. Son chemin est sur mon chemin... et son développement est plus qu'incertain.

Au cours des derniers jours, son centre semble se creuser....

Lire la suite >

8 janvier 2014

Faire de l'est


C'était ma première idée. Mais ce n'était pas aussi facile à faire que je l'avais imaginé. En sortant de la mer de Molucco (en Indonésie)... Le vent était faible. Pour avancer, je devais rester auprès du vent, afin de profiter du vent apparent créé. Dès que j'abattais un peu, la vitesse diminuait et il y avait une vague qui me bloquait tout de suite. J'étais pris pour rester auprès du vent et faire avec le vent que j'avais. Le vent variait du nord au nord-est en alternance. J'aurais peut-être dû faire de l'est lorsqu'il était au nord-est. Mais je me sentais proche des îles et je voulais rester au milieu de la mer. Donc, j'allais le plus possible au nord. Je tirais des bords régulièrement et parfois plusieurs fois par jour. Je ne dormais pas vraiment bien. Le vent était faible, donc je n...

Lire la suite >

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 12 décembre 2018