Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord



2 avril 2014

Encore une fois, le défilé des dépressions

Encore une fois, le défilé des dépressions

Une après l'autre, elles se suivent, mais ne se ressemblent pas. Petite, très grande... version allongée du nord au sud... Elles viennent toutes de l'ouest. Viennent s'y ajouter des anticyclones au travers de cette parade. Alors de plus en plus, j'apprends leur diversité. Et surtout, à quel endroit de la dépression la mer est plus méchante pour mon tit bateau... Malgré que je ne fais pas vraiment le choix d'où je suis lorsque la dépression passe. Un peu tout de même, si j'étais plus au nord, je me ferais faucher un peu plus. Mais ici, et bien je subis les centres de haute pression, où il n'y a pas de vent. Je préfère quelques jours sans vent et garder mon mât où il se trouve que de le ramasser une autre fois dans l'eau. Le choix n'est pas difficile à faire. La mer est tout de même mécha...

Lire la suite >

31 mars 2014

Rira bien...

Rira bien...

Après avoir ri dans ma barbe vendredi. Je riais un peu moins la journée suivante. J'avais eu le temps de me préparer durant la journée. Je vivais le centre de la dépression. Un vent léger, à peine 15 noeuds. Il y avait des percées de soleil un peu partout de temps en temps. Je me faisais presque chauffer la couenne. J'avais le temps de me préparer suffisamment pour écoper de l'autre côté de la dépression. Les prédictions changeaient d'une journée à l'autre, parfois 25 noeuds, d'autres fois je m'attendais à 30 noeuds. Le message était clair, j'aimais mieux être préparer pour plus que moins. Je commence à savoir que 30 veut probablement dire des rafales à 35 noeuds. Je sors donc les grands moyens, les petites voiles.

Samedi en fin d'avant-midi, mon foc tempête est hissé. J'ai trois...

Lire la suite >

28 mars 2014

Toujours du vent, des nuages

Toujours du vent, des nuages

Mercredi soir, il fait noir. Ils ont fermé les lumières par ici. Loréline et moi sommes seuls au monde à travers ce pacifique qui semble d'une grandeur éternel. J'aimerais nous voir de l'extérieur. Ce doit être spécial, une lumière verte, à côté d'une rouge, plus loin en arrière une blanche. Et une autre blanche plus haute qui doit se basculer dans les airs, accrochée dans le vide. Je laisse la lumière en tête de mât allumée la nuit. Et de temps en temps, des lumières à l'intérieur qui s'allument, une rouge, celle de la table à carte... et d'autre luminosité plus intense. Parfois celle de la cuisine, et souvent celle de la toilette, celle-ci pour voir le compas de l'intérieur. De l'extérieur, on verrait probablement des hublots s'éclairer de temps en temps. Seuls dans le noir...

...

Lire la suite >

26 mars 2014

Y'a toujours quelque chose à faire

Y'a toujours quelque chose à faire

Durant ma journée de dimanche. J'ai eu le temps de faire des petites choses qui trainaient. Organiser un autre aérien pour le régulateur, j'en avais perdu un en mer. Je lui en ai taillé un d'une meilleure dimension que celui que j'avais pris pour temporaire devenu presque permanent avec le temps. J'ai aussi mieux organisé ma planche pour m'assoir au balcon arrière, il lui manquait quelques cordages pour la stabiliser. J'ai même fait des sommes dans mon lit, mon vrai lit, à travers tout ça. Les voiles en ciseau avec une mer tranquille, je me sentais comme dans un rêve. Très détendu... J'ai vraiment bien dormi. Comme sur un nuage. Jusqu'à un certain moment donné. Ensuite, le vent à changer de provenance et la pluie nous a tombés dessus... Coudon, moi, je suis en navigation... Réveille-toi...

Lire la suite >

24 mars 2014

Une autre dépression s'en venait

Une autre dépression s'en venait

Les prévisions ne se trompent pas beaucoup. Mais je les ai à l'oeil. Finalement, la dépression a pris de l'avance sur les prévisions durant la nuit de mercredi. J'ai réussi à dormir dans mon lit cette nuit-là. Je laissais Loréline tranquille, sans trop donner de toile. Nous avancions, mais plutôt comme le vent nous amène que de vouloir braver les éléments.

Depuis mercredi matin, notre cap faisait de plus en plus de sud. Vent de travers simplement. Je me permettais de prendre ce temps pour me reposer de la dépression d'avant. En même temps, c'était bon de faire du sud. Nous nous éloignions du centre dépressionnaire. Nous devrions avoir un peu moins de vent de cette façon. Au centre 40-45 noeuds, par ici, environ 30-35. La différence n'est pas très grande, mais tout de même, on se ...

Lire la suite >

19 mars 2014

Le passage des îles

Le passage des îles

Ce passage m'inquiétait un peu. Mais depuis mon départ, ce sont des vents favorables qui me poussent. Mais à cet endroit, il est bien indiqué que la hauteur des fonds peut variée dû à l'activité volcanique dans ce secteur. Mon ami m'avait d'ailleurs envoyé un article qui soulignait l'apparition d'une nouvelle île, mais plus au sud. Je n'ai d'ailleurs pas trouvé cet autre archipel, probablement dû à la différence de langue inscrite sur les cartes. Alors, j'étais tout de même inquiet un peu de passer à un endroit où il y a une activité volcanique. Il faut bien qu'il y ait une première personne à trouver la formation d'une nouvelle île. Et on ne sait jamais, ce pouvait être moi cette fois-ci. Je m'imaginais finir mon périple échouer sur un cran de roche volcanique nouvellement apparue, don...

Lire la suite >

17 mars 2014

De retour en mer...

De retour en mer...

Je serai resté plus d'un mois au Japon finalement. Une semaine à Komatsushima et les trois autres semaines à Kainan. Je devais commencer à peine à entrevoir la philosophie de la culture japonaise. Il est vrai que j'ai toujours été différent de notre culture nord-américaine dans tous les travaux ou les relations que j'entreprenais. Mais, ici au Japon, il y a quelque chose d'indescriptible qui se passe dans les airs. Ce n'est pas une semaine dans un hôtel et 3 - 4 photos dans les temples qui vous feront découvrir cette culture.

Lorsque je partais du Sénégal en 2009. Après 6 mois passés en terre africaine, je commençais à sentir la culture africaine. Et je me disais qu'il me faudrait vivre au moins un an avec ces gens, à travers eux, pour commencer à comprendre. Même que parfois je ...

Lire la suite >

14 mars 2014

J'aime les surprises !!

J'aime les surprises !!

Je n'en avais pas parlé. J'attendais de voir un peu la conclusion de cette aventure. Suite à la conclusion de ma grand-voile samedi dernier, je n'avais pas terminé toute l'inspection que je fais avant chaque départ en mer. Dimanche en fin d'après-midi, après m'être rempli la pense avec de nouvelles connaissances à la marina, je grimpais au mât. Je vérifie l'usure possible des diverses pièces du gréement en hauteur. J'essaie d'être le plus minutieux possible. Je regarde ce fameux axe qui m'a valu mon démâtage. Lui, je ne crois pas qu'il me lâchera d'ici la fin. Je regarde aussi les rivets de mon manchonnage, au cas où je verrais un espacement apparaître quelque part. Toutes les pièces en acier inoxydable passent un examen visuel. Elles sont toutes neuves, alors normalement l'examen visue...

Lire la suite >

10 mars 2014

Des surprises!

Des surprises!

J'étais presque parti. Samedi, je gréais ma grand-voile. Quelques jours avant un possible départ. Je remarquais que la réparation effectuée n'était pas aussi grande que je l'avais espéré. Comme nous en avions convenu ensemble lorsqu'il était venu chercher la voile... De ce coup, je commence à mieux l'examiner. Le tissu semblait un peu mince juste à côté d'une couture. J'ai eu tôt fait d'enfoncer mon pouce à travers. Oups... en donnant un coup, le tissu déchira encore plus... Mon coeur a presque arrêté d'un coup! J'ai eu tôt fait d'appeler le monsieur pour lui parler qu'il faudrait que l'on répare un peu plus grand. Il m'a répondu qu'il devait venir me voir en après-midi vers 14h. C'était parfait pour moi. Il est venu avec sa fille qui habite à Tokyo. Elle était dans les parages pour que...

Lire la suite >

7 mars 2014

Le départ approche


J'ai effectivement reçu mon passeport jeudi. Alors, je n'attends plus après rien pour partir. Sauf qu'il me reste des petites réparations, vérifications et préparatifs avant de lever les voiles. Je fais une petite épicerie tous les jours, je remplis mes sacoches de vélo à chaque fois. Il ne me reste pratiquement que le frais à me procurer à la dernière minute. Afin de me procurer l'alcool pour mon brûleur, il n'y a que de l'alcool pharmaceutique. Très dispendieux, mais j'en ai besoin. Il n'y en a donc pas en quantité industrielle. À chaque fois que je passe à endroit où il peut en avoir, je m'arrête et je vérifie s'ils en ont. Si oui, je prends presque tout ce qu'il y a. Il y en a parfois 3 ou 4. Je laisse une bouteille sur l'étagère par principe. Et je prends le soin de la replacer en ...

Lire la suite >

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 12 décembre 2018