Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord



28 avril 2014

La pétole


Je dors sur le plancher encore jeudi soir. Les rafales n'arrêtent pas de rentrer toute la journée de jeudi et continue durant la soirée. J'envoie et ramène de la toile en conséquence. Surtoutr après avoir reçu le dernier fichier météo. L'anticyclone annoncé semble prendre de l'ampleur. Je risque de manquer de vent quelques jours si je ne passe pas avant que la zone de haute pression prenne place.

La nuit tombée, le ciel devient étoilé... Une légère trace de phytoplancton apparait... La nuit semble vouloir être bonne. J'embarque dans mes sacs de couchage tranquillement. Maudite marde, pas moyen de trouver le sommeil, Loréline commence à lofer. Le génois a son mot à dire. Je me dis que ça va passer... Mais non, rien à faire le temps arrange pas les choses. Je me lève. Remets les ch...

Lire la suite >

25 avril 2014

Du plastique partout

Du plastique partout

Le vent provenait du nord-ouest durant la soirée de lundi. Le vent a tourné complètement à l'ouest durant la nuit. Je le voyais faire, bâbord amures, nous faisions de plus en plus de nord, mais je laissais faire, les voiles se tiennent mieux comme ça que vent arrière et ça me permet de dormir. Nous faisions un peu trop de nord lorsque je me suis levé au matin. Je remets les choses à leur place, on empanne. Et je dois définitivement affaler la grand-voile, nous avons trop le vent par l'arrière. Je décide d'essayer le foc tempête sur l'étai largable en plus de mon génois sur enrouleur. Notre vitesse était parfois de 2.8 noeuds. La différence, je ne suis pas sûr de l'avoir vu, au moins j'avais le sentiment d'avoir fait mon possible. Le vent augmente durant la journée, on atteint 4.5 noeuds...

Lire la suite >

22 avril 2014

C'est comme ça !

C'est comme ça !

Naviguer en solitaire, c'est naviguer en solitaire... Il n'y a pas de méthode miracle. On veut avancer. Il faut donner de la toile. Mais il faut dormir aussi. On n'est pas à l'abri des rafales. Il faut se lever et prendre de la toile.

En équipage avec un équipier en veille. Il voit le nuage s'en venir. C'est plus facile de se préparer et d'éviter les tracas. L'autre peut mieux dormir.

J'ai passé la fin de semaine avec des rafales. Je n'ai pas dormi beaucoup. Les fichiers météo prétendent une tendance pour le vent. Mais les rafales peuvent être beaucoup plus fortes. Et de toute façon, elles sont passagères. Entre chacune d'elles, le vent peut être très faible. On ne peut pas faire route à 2.5 noeuds, on envoie de la toile. Et on se fait toujours prendre.

Alors, c'est...

Lire la suite >

18 avril 2014

La route sinueuse

La route sinueuse

Jusqu'à maintenant je suis chanceux. Je n'ai pas beaucoup manquer de vent depuis mon départ. Il est vrai que je fais attention. Je me tiens entre la limite d'avoir du vent et la limite d'avoir trop de vent pour rien. En haut de 25 noeuds, la mer risque d'être trop formée et il est difficile de faire une route convenable. Par plaisir, je me suis fait parvenir un fichier météo de l'océan au complet hier. J'ai pu mieux savoir ce qui se passait autour de nous. Les dépressions hivernales restent actives et pas à peu près. Ce sont elles qui poussent les anticyclones vers le sud et c'est pour cette raison que je réussis à ne pas manquer trop de vent à la latitude où je suis actuellement. Mais très bientôt, je ferai du nord. D'ici quelques jours je crois.

Il y avait un marais météorologi...

Lire la suite >

16 avril 2014

Faut regarder en avant

Faut regarder en avant

Ce n'est pas tout d'être en extase devant la nature, les oiseaux, la mer, les étoiles, la lune, le soleil. J'ai décidé de commencer à regarder un peu par en avant. Des fois qu'il y aurait des cailloux. Et bien oui, devant nous l'Amérique! C't'un gros caillou pas mal. C'est rassurant, d'un coup que mon dernier GPS ferait défaut, je suis sûr d'arriver quelque part un moment donné.

On avance bien. Nous avons fait environ 3384 miles nautiques en 32 jours. Tout de même une bonne moyenne, mieux que celle pour se rendre au Japon. Il fallait que je change carte de navigation. Une autre carte de passé au travers! Alors là, j'aperçois la côte américaine au loin. À travers les trous qui se forment dans mon génois. Lui, il commence à avoir hâte de donner la main à son successeur. Jecrois que...

Lire la suite >

14 avril 2014

Trouver l'équilibre

Trouver l'équilibre

Jeudi soir, je me suis couché sous la lumière de la lune. Et ça, ce sont des images vraiment très belles. Car on voit la mer. On voit la ligne qui sépare l'horizon du ciel, de la mer au loin. La mer est foncée, le ciel est plus clair. Il y a comme une lumière allumée au plafond. La lune commence à être plus grosse que la moitié. Les étoiles étaient aussi au rendez-vous. Je ne suis pas sorti beaucoup durant la nuit. J'ai vraiment bien dormi. Avant de me coucher, je jette un oeil par le hublot qui donne dans mon petit coqueron où je dors. Ça me donne envie de veiller un peu, mais je dois dormir. La mer est confuse, j'ai des problèmes pour m'endormir. Je me fais brasser de temps en temps à gauche et à droite. Il faut que je m'étende dans une position pour ne pas bouger, une jambe d'un bord...

Lire la suite >

11 avril 2014

Comme de fait, la météo avait tout a fait raison.

Comme de fait, la météo avait tout a fait raison.

Le vent est tombé complètement à rien juste avant le lever du soleil mercredi. Je me suis réveillé en même temps bien sûr. La vague continue de nous basculer, elle ne nous berce d'une façon assez irrégulière. Elle vient d'un peu partout, alors elle n'a pas de rythme. Loréline essaie de se mettre de travers à la vague. Le confort n'est plus de notre monde. Les voiles claquent violemment. J'affale légèrement la grand-voile afin de la faire taire et de l'économiser aussi. Cet intermède me donne le temps de récupérer de l'eau de fond de cale. Dans le compartiment moteur, je crois que l'eau rentre par l'arbre de transmission de l'hélice. Il y a un peu de matière sale au fond. Je ne sais pas quel produit. Et un peu parait beaucoup. Alors, je récupère dans un bidon de diesel écrit diesel sale....

Lire la suite >

9 avril 2014

J'ai frappé quelque chose...

J'ai frappé quelque chose...

Dimanche la journée était vraiment extraordinaire. des éclaircies, de superbes nuages avec des couleurs ramagées incroyables en fin de journée. J'envoyais mon carnet de bord tout en jetant un coup d'oeil sur le paysage de temps à autre. J'entends quelque chose cogner la coque, deux coups... Mais ça fait tellement longtemps qu'on navigue, combien de vagues ont cogné la coque. Et toutes les vagues font un bruit différent. Plusieurs fois, j'ai eu l'impression que c'était un objet. Je jetais un oeil dehors pour voir si je ne voyais pas quelque chose dans le sillage... Mais jamais je n'ai vu quoi que ce soit. Mais cette fois-là, le bruit était un peu spécial. Le son n'était pas plus fort que les vagues, juste une résonance différente des autres. Comme un tong! Alors, je me suis sorti la tête...

Lire la suite >

7 avril 2014

La fin de semaine des deux samedis

La fin de semaine des deux samedis

Celle-là, on l'aime!

Durant la nuit de vendredi, notre ascension vers le nord est amorcée. Le vent qui devrait diminuer a plutôt tendance à augmenter. Les rafales rentrent sans même demander la permission. Le sommeil est difficile à trouver et ne peut pas être profond. Le même manège que régulièrement, sauf que les rafales sont d'un air un peu plus vicieux. Loréline part au lofe solidement. Nous avons toujours trois ris dans la grand-voile. Je sors habillé très légèrement, toujours nu pied, enroule un peu de génois. J'ai beau dire qu'un enrouleur ne vaut rien s'il est utilisé trop longtemps au risque de le briser. Mais il est donc bien pratique. La réparation que je lui ai faite, je lui fais confiance. Je n'ai rien fait d'autre que ce que la compagnie prétend devoir faire pour as...

Lire la suite >

4 avril 2014

On franchit très bientôt...

On franchit très bientôt...

On franchit la ligne de changement de date très bientôt Il n'y a rien d'extraordinaire, c'est vrai. Mais je me demande tout de même qu'est-ce qui se passe lorsqu'on la traverse. Il reste environ 100 miles. On la franchit cette fin de semaine.

Suite au défilé de dépressions, une vague impression que le temps change tranquillement traverse l'atmosphère. Mercredi soir, le nouveau quartier de lune montrait sa lueur. Enfin, un beau coucher de soleil. Les cirro-cumulus semblent me dire que le beau temps s'en vient. Le soleil laissait ses rayons passés à travers les nuages par endroits. Trop fins pour les voir sur les photos. Ils étaient juste pour moi cette fois-là. Il y a un anticyclone juste après la dépression. Il prend son temps, il prend la place que la dépression lui laisse prend...

Lire la suite >

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 12 décembre 2018