Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord



29 mai 2014

Il fait chaud, je me fais rincer

Il fait chaud, je me fais rincer

J'ai bien dormi durant la nuit de lundi, bercer par la mer et le vent. Je dors à l'extérieur avec matelas, sac de couchage en dessous et drap léger pour couper la fraîche s'il y en avait. Mais il fait tellement chaud, le matin ma montre indique 28 degrés dès le lever du soleil.

Le loch indique 2.5 durant la matinée. La mer devient chaotique, irrégulière... Il y a formation de cumulus bourgeonnant au nord de nous. Je le vois grossir à vue d'oeil. Ce qui devait devenir son enclume se détache du corps subitement et en très peu de temps, le nuage disparait complètement. Il fait tellement chaud, je me taille la barbe, elle est trop longue je n'en peux plus. Je me rince avec de l'eau de mer prise avec ma chaudière. À grand coup de siau partout sur le corps, ça fait du bien.

Le v...

Lire la suite >

27 mai 2014

Faute de spi, faute de vent

Faute de spi, faute de vent

Je tangonne le génois. Et bien oui, j'ai réussi à casser la gueule du tangon. Je l'ai mise deux secondes sur un hauban, un petit coup de vent dans la voile, l'écoute fait le serpent, la gueule tourne et voilà... Quelle déception. Elle avait déjà été soudée. Je dois faire à la bonne franquette. Un cordage fera l'affaire. J'ai essayé le génois sans tangon, mais je n'aime pas le bruit du claquage et le gréement non plus. Lorsque j'avais tangonné le génois cette semaine, j'avais oublié d'y mettre une gaine sur l'écoute. Après quelques jours, l'écoute se fait manger par la gueule. Je voulais rectifier la situation. Et voilà, je casse la gueule.

Il y a un bon vent, entre 12 et 15 noeuds. Spi me travaille l'esprit un peu. Mais à la place, j'ai ouvert mes livres. Je me remet dans le bain...

Lire la suite >

23 mai 2014

On spi, mais ça devient exigeant


Dimanche soir, j'avais décidé de garder Spi à poste. Le vent n'était pas très fort et nous étions encore au portant. J'ai enfilé une combinaison de gros temps afin de pouvoir dormir sur un cousin dans le cockpit avec ce qui me reste d'oreiller plier en deux. C'est encore frais la nuit et avec l'humidité, il, faut être bien couvert pour pouvoir fermer l'oeil. Bien évidemment, je n'ai pas beaucoup fermé l'oeil. Spi mérite un peu de vigilance en tout temps. C'est ce qui rend la chose un peu exigeante au point de vue de la concentration et au bout du compte la fatigue prend le dessus sur l'esprit. Mais la nuit s'est bien déroulé, ...

Lire la suite >

20 mai 2014

Restriction de dépense énergétique

Restriction de dépense énergétique

On fait pitié un peu. Nous n'avons pas fait beaucoup de miles mardi, 43... Pas de vent, pas d'éolienne. J'ai eu toute la misère du monde à envoyer mon carnet de bord mercredi matin. Mais il y a une bonne antenne sur le 40m, tout près, en Californie à moins de 190 miles nautiques. Lorsque j'ai vu que le document écrit passait rapidement, j'ai tout de suite envoyé la photo dont j'avais envie. Je fais ça souvent. Je dois réduire la photo avant de l'envoyer. Je la prépare d'avance. J'envoie mon texte, et si les ondes passent bien! hop! J'envoie tout de suite la photo avant que mon modem perde la communication avec l'antenne radio. J'économise de l'énergie.

Le vent augmente légèrement durant la journée. Mais l'éolienne se fera entendre seulement vers 18h. Les panneaux solaires ne me d...

Lire la suite >

14 mai 2014

La mer, les alizés...


En sortant de la baie de San Francisco, les vents nous soufflaient sérieusement. J'ai même pris deux ris dans la grand-voile et j'ai enroulé du génois. Qu'est -ce que la côte peut bien produire sur le vent, toujours intéressant à réaliser. La mer était folle, j'ai vu des creux de trois mètres. Comme je vous disais, les bancs du cockpit étaient bien mouillés.

Il y a eu la présence de loups de mer par endroits. Mais aussi des dauphins sont venus s'amuser avecla proue de Loréline. Je ne reconnaissais pas ces mouvements, et leur sortie de l'eau non plus. Ils avaient l'air différent de ce que je suis habitué de voir. Je suis...

Lire la suite >

12 mai 2014

La mer veut déjà embarquer avec nous


Huit heures après notre départ, nous avons tracé 40 miles nautiques. Bonne moyenne pour un début. J'essaie de rejoindre le large, nous allons à 8 miles de la côte. Déjà la mer se forme et elle embarque dans Loréline. Elle essaie de venir avec nous. J'essaie de lui expliquer qu'elle n'est pas obligée, nous sommes ensemble de toute façon. Mais elle continue, les bancs sont mouillés.

Il y a un bon courant, nous faisions du 6 miles sur le fond de temps à autre. La mer se creuse jusqu'à deux mètres.

Pour sortir de la baie, nous sommes vraiment chanceux. Normalement le vent rentre par l'ouest. Mais ce matin, il nous a ...

Lire la suite >

9 mai 2014

Le crime est commis

Le crime est commis

Toujours en vélo bien sûr. Sur une petite montagne, avec la même pelle. C'était un peu compliqué de trouver un arbre qui provient de la région. J'ai fait quelques Sloat Garden près de l'endroit où je suis situé. Ils ne tiennent pas d'arbre du coin. La clientèle demande plutôt des arbres exotiques bien sûr. J'ai fait plusieurs appels par skype. L'un me renvoyait à un autre... Finalement, j'ai trouvé M. Gomez. Il se situe un peu en dehors de la ville. Plutôt dans la ville de Daly. Un beau parcours à faire en vélo.

Les jambes et le coeur font pitié un peu en arrivant d'une traversée de 48 jours. Depuis mon arrivée, je pousse sur les pédales tous les jours. Et finalement, je fais plus de distance chaque jour. En faisant mes commissions, je découvre les alentours. J'ai trouvé mes cart...

Lire la suite >

6 mai 2014

Tout un choc !

Tout un choc !

J'arrive d'un très long voyage. Je commence à avoir vu plusieurs cultures différentes. Du Japon aux États-Unis, le choc est assez intense. Je sais, j'ai appris au fils du temps que la chose la plus importante à faire en arrivant dans un pays, c'est de faire son entrée officielle avec les autorités compétentes... C'est ce que j'en avais déduit du moins. Mais pas ici à San Francisco. La première chose que l'on vous demandera de faire est de passer la carte de crédit dans la machine pour payer la marina... Ils ne veulent pas savoir si vous êtes clandestin ou si vous trimbalez de la drogue, ça, ce n'est pas important. Ils ne s'informent pas non plus si le voyage a bien été, ou si vous êtes en santé. La première chose est de passer la carte dans la fente... Dans quel monde vivons-nous? J'avo...

Lire la suite >

2 mai 2014

Au menu, Spi et brouillard

Au menu, Spi et brouillard

Mardi en fin de journée, finalement le brouillard semble vouloir se lever... Il semblait se lever toute la journée en fait. Parfois la visibilité s'en venait bonne, parfois le brouillard reprenait sa place. Le vent a augmenté, je peux abattre un peu. Le barreur écoute au doigt et à l'oeil.

J'avais oublié de mentionner le cargo rencontré dans le brouillard mardi matin. Je me suis donc questionné sur la définition exacte de brouillard versus brume. Car le cargo était à plus d'un kilomètre. Mais je ne l'ai pas vu vraiment, j'ai vu sa silhouette simplement. Alors probablement que j'étais dans la brume, qui elle, permet une visibilité plus grande qu'un kilomètre. Peut-être que mon cerveau commence à être dans la brume aussi... À force de trop réfléchir, il doit surchauffer...

J...

Lire la suite >

30 avril 2014

Un petit anticyclone

Un petit anticyclone

Le petit anticyclone arrive du sud. Il prend sa place tranquillement. Son centre vient nous couper la route. Spi est aux anges, ça lui fait de l'ouvrage.

Lundi matin, c'était le brouillard. On ne voyait rien à 100 m. Il y avait tout de même 10 noeuds de vent du sud. Je laissais le génois tirer son maximum de temps d'utilisation. Ou encore, je n'avais pas envie d'envoyer spi dans ce brouillard. En quelques minutes, le temps de me revirer de bord, j'étais à l'intérieur. Le brouillard s'est enfui. Probablement, le point de rosée a été atteint. Je voyais l'heure du spi s'en venir. Le vent tombait en même temps. Je ne suis pas encore très bon pour l'envoyer. J'y vais par étape. Alors, la grand-voile seule quelques minutes, on fait un 360... Je rattrape le tout. Je choque la grand-voil...

Lire la suite >

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 12 décembre 2018