Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord



28 octobre 2013

Moment de détente...

Moment de détente...

Actuellement, je subis le résultat de mes choix antérieurs. Quelle belle continuité! Lorsque j'avais décidé de faire du nord afin de ne pas avoir du vent de front dans les hautes latitudes, près des 40es. Si j'étais resté plus au sud, j'aurais peut-être eu du très mauvais temps. Je préférais donc m'éclipser de ces mauvaises latitudes. Mais je ne pouvais pas aller encore plus bas en latitude, plus près de l'équateur. Sinon, j'aurais écopé de vent dominant d'est. En plus, avec probablement un courant contre moi, j'aurais eu franchement de la difficulté pour me rendre à destination. Je devais donc redescendre un peu plus au sud afin de contourner cette fameuse dépression qui m'a fait quitter les 36es. C'est un peu du jonglage avec les éléments, mais je n'ai pas le choix.

Par contre,...

Lire la suite >

25 octobre 2013

Il fait noir...

Il fait noir...

C'est brumeux, vous sentez l'humidité vous transpercer. Il y a tout de même une brise qui touche votre visage. C'est froid. Vous ne voyez presque rien, il fait trop noir. Juste une étoile réussi à passer au travers d'un trou de nuage, sinon rien du tout. Le voilier avance à une vitesse d'environ 0.5 noeud. Il se fait tout de même brasser par les vagues que vous ne voyez pas d'ailleurs. Vous pourriez être dans un manège et ce serait pareil. Mais en fait, vous savez très bien que vous êtes au milieu de nulle part. Il pourrait y avoir un caillou en face de vous et vous ne le sauriez pas.

Il y a des luminosités momentanées qui se font voir dans l'eau. Tiens, ce sont des petites méduses. Il y en a de plus en plus. Vous entrez dans un banc de méduses. Un frisson vous transperce le dos ...

Lire la suite >

23 octobre 2013

Ces artifices!

Ces artifices!

Regardez-moi ça... Comment faire pour aller au lit lorsque la vie nous offre ce genre de spectacle naturel? Très difficile! Levez les yeux, regardez le ciel, regardez les beautés de la nature, il y a des couleurs extraordinaires à tout moment.

Je me demande bien d'où est-ce qu'on prend le besoin d'avoir, de se créer des feux d'artifice pour se divertir. On oublie le naturel qui est une gracieuseté de la nature au profit de l'artificiel qui n'est pas si bon que ça pour l'humanité. Avons-nous vraiment trop d'énergie et de ressources pour en brûler comme ça par plaisir! Vive l'humanité qui se sent, comment dire... qui se sent au dessus de ses affaires! Il faut aller voir dans les pays en développement ce que le peuple en pense de nos feux d'artifice et de nos glorieux exploits... à ...

Lire la suite >

21 octobre 2013

Journées désagréables

Journées désagréables

Au début, je croyais bien faire. Je voulais aller vers le nord pour essayer de passer la dépression qui s'en venait sur nous. C'est un jeu un peu compliqué, car la vitesse de mon embarcation ne me le permet pas vraiment. Mais, en sachant pertinemment que nous allions avoir des vents d'est très fort lorsque la dépression allait arriver à notre latitude si je restais plus bas. Il me semblait intelligent d'essayer d'aller le plus au nord possible. Mais les prédictions météo ne sont que des prédictions.

Les premières journées de mon ascension, je restais vent de travers. C'était assez confortable. Mais la dépression avait décidé de se laisser attirer par nous... Dès que je croyais avoir bien passé son centre dépressionnaire. Elle a décidé de faire de l'est... Autrement dit, nous arri...

Lire la suite >

17 octobre 2013

Ça continue...

Ça continue...

Depuis qu'il y a un anticyclone au nord de nous, sans trop de dépressions qui viennent le perturber, les conditions de navigation sont exceptionnelles. Le vent toujours de l'ouest nord-ouest variant entre 10 et 25 noeuds. Donc, la manoeuvre est relativement simple. Je n'ajuste pratiquement pas le régulateur d'allure. Parfois, je donne 5 degrés d'un bord ou de l'autre. Mais je ne vire pas fou là-dessus, car au bout du compte notre course arrive pas mal où l'on veut.

La force du vent n'est pas tout à fait stable non plus. Je reste conservateur sur la toile. Avant de donner plus de toile j'attends parfois une heure après avoir constaté son affaiblissement, parfois il a le temps de forcir de nouveau. Je n'ai pas que ça à faire à bord, il faut tout de même que je m'occupe de ce poisso...

Lire la suite >

15 octobre 2013

Suite à cette nuit des plus humides...

Suite à cette nuit des plus humides...

Laquelle j'avais marché dans la mer... Au matin du vendredi, je voyais l'état de la mer... Splendide! Les vagues croisées dont certaines avaient des hauteurs entre 3 et 4 mètres affichaient toutes des déferlantes... Leurs crêtes blanches s'étendaient à perte de vue. Elles étaient soufflées par le vent d'une façon anarchique, le chaos complet régnait sur l'océan. Exactement comme le lendemain d'un champ de bataille... La force du vent restait tout de même assez fort que l'on pouvait admirer son souffle sur la mer. Vous devriez voir ça... Les ondelettes qui démarrent ces vagues des plus puissantes! Après cette nuit des plus ténébreuses... Le soleil a commencé à sortir tôt le matin! Le vent se calme au fur et à mesure que la journée avance et je déroule le génois tranquillement. Il y a un ...

Lire la suite >

11 octobre 2013

Ils me suivent...

Ils me suivent...

Ils sont trois. Ils sont autour de nous depuis que nous avons tourné le Cap de Bonne-Espérance. Ce sont le clan des pieds noirs. Je les ai vus, ils ont les pieds noirs. Pour ne pas se faire reconnaitre, ils les cachent en volant en dessous de leur queue. Je me demande bien pourquoi des oiseaux suivent un bateau des semaines durant. Probablement qu'ils ont goûté aux entrailles de mon poisson et ils pensent en avoir d'autres. Mais ce n'est pas si évident s'imaginer remonter un poisson à bord dans ces conditions de mer. Alors, rare sont les journées où mes lignes à pêches trainent dans l'eau.

Leurs cousins aussi viennent parfois faire leur tour. Eux, ils sont plus nombreux, surnommés le clan des queues de castor. Pourquoi? Parce qu'il ont la queue plate, comme des castors. Un groupe...

Lire la suite >

9 octobre 2013

Toute une belle navigation!

Toute une belle navigation!

Durant la nuit de dimanche. Le nerf sensoriel bien en fonction. Je me suis levé quelques fois. Comme d'habitude, il y avait des coups de vent. Je prends un ris. Retourne au lit... Un peu plus tard, il redonne un autre coup un peu plus fort, je me relève... La nuit se déroule comme ça, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de grand voile et que je puisse dormir quelques heures tranquille.

Au matin, le vent avait repris ses élans plus réguliers... Il provient du nord-ouest avec une belle puissance d'environ 15 à 20 noeuds. Nous sommes donc bâbord amures au grand largue. La houle d'une hauteur de 3m environ provenant de la même direction. Tous les éléments sont assez bien enlignés pour que la navigation soit vraiment agréable! C'est très confortable et très relaxant. La grand-voile se repos...

Lire la suite >

6 octobre 2013

L'océan Indien..

L'océan Indien..

Eh oui!  Je me suis encore fait avoir durant la nuit de vendredi.  Pourtant, j'ai bien regardé l'horizon avant d'aller au lit, le ciel était tellement beau, pas un nuage.  Je me suis dit que la veille j'avais dû mal regarder autour.  Mais cette fois-là je n'ai pas pris de chance, j'ai au moins affalé la grand-voile et j'ai laissé le génois tangonné.  Nous avancions tellement bien.  Et hop au lit!  Les nuits de ces temps-ci ne me laissent pas dormir tranquille.  Et ces coups de vent...  Le pire c'est d'enlever le tangon dans cette mer là, en plus durant la nuit, afin de pour pouvoir enrouler la voile parce qu'il vente vraiment trop...  J'ai du plaisir à en parler parce qu'il ne s'est rien produit de plus, mais sur le moment il fait chaud un tit peu.  Je commence à me débrouiller malgré t...

Lire la suite >

4 octobre 2013

Ce fameux anticyclone !

Ce fameux anticyclone !

Il nous a amené de superbes vents portant. À partir de mercredi, la mer et les vents commençaient a avoir plus d'allure, ils étaient un peu moins sauvages. On recommence à voir plus distinctement la vague de fond. Une belle grosse houle d'au plus deux mètres, lorsque les vents sont faibles. Elle est toujours d'une longueur incroyable, environ 200 à 300 pieds de longueur. C'est de toute beauté et vraiment plaisant à naviguer. Le voilier semble avoir le poids d'une plume à travers cette mer immense avec sa force infinie.

La journée de mercredi s'est déroulée avec un ciel très gris, quelques coins de ciel bleu, des brins de pluie passagers. C'est tout de même curieux à voir aller. Tout d'un coup le ciel semble s'éclaircir et 15 minutes plus tard les nuages ont recouvert le ciel de n...

Lire la suite >

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 août 2019