Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

15 décembre 2017

L'aventure continue version améliorée

C'est la nuit, il pleut, le temps est maussade. J'entends le vent et la pluie déferlés comme sur le pont d'un bateau en navigation. J'ai l'impression de me faire bercer. Mais quelque chose cloche. Je me réveille! Notre monture tire sur ses cordages d'un côté puis de l'autre. Elle est prise dans son box entre d'autres semblables, elles sont toutes endormies pour le moment. C'est la saison morte.
Il y a maintenant trois ans et des poussières que je suis revenu de mon périple. Lorsque j'ai rencontré Lilas, je nous avais donné entre deux et trois ans pour effectuer notre prochain départ en mer. Le délai espéré était un peu court. Elle nous donnait plutôt entre 4 et 5 ans. La vie nous a conduit où nous devions aller...
Je m'aperçois que je ne rêve pas. Je suis bien sur un voilier avec ma petite famille. Nathan a maintenant 21 mois. Il marche, il court, il commence à faire des phrases de 3 mots. Il a son premier vélo mais ne sait pas pédaler encore. Il veut faire tout ce qu'on fait. Il passe le balai, répare la porte, il pousse même sa poussette!
Depuis mon retour, je cherche notre prochaine embarcation sur internet. Je regarde partout dans le monde ce qu'il y a sur le marché. J'en parle avec Lilas pour avoir son avis sur ce qu'elle aimerait avoir comme future maison flottante. Un jour je suis dans les Fidji, l'autre en France et finalement le coup de cœur s'avère être en Grèce! Voilà, notre choix est fait. Trois ans plus tard et nos billets sont achetés pour la lointaine île de Leros. Un peu avant le départ, nous avions décidé d'acquérir notre future embarcation mais de ne pas revenir avec cette année. Nous étions soulagés au départ de cette décision parce qu'une fois rendus sur place, le voilier de rêve s'est avéré n'être pas loin du cauchemar. Nous y avons quand même cru jusqu'à ce que l'inspecteur vienne faire son tour. Je ne l'ai pas laissé terminer l'inspection, c'était assez pour nous. Je ne voulais pas m'embarquer dans un autre chantier.
Tout ce voyage pour finalement en arriver au point de départ... Mais tant qu'à être rendus si loin, nous avons décidé de regarder ce qui se passait dans les environs. Je regardais aussi sur le site du broker lorsqu'il me suggéra ce nouveau voilier. Jamais je n'aurais pensé me tourner vers un bateau de série. Mais après avoir vu le défaut de fabrication du voilier dont nous avions rêvé, les voiliers fabriqués en Grèce m'ont convaincu de regarder autre chose. Quoi de mieux qu'un bon vieux voilier fabriqué en France, qui vieillit bien et de solide réputation!
Je suis quand même entré sur ce voilier d'abord un peu de reculons. Je ne voulais pas voir la finition intérieure, je voulais voir l'état de la structure. Et je voulais m'assurer aussi que le propriétaire ait fait son possible pour maintenir la bête en bon état de marche. À peine un mètre de moins que celui dont nous rêvions, deux chambres de bain de moins, un peu moins d'espace intérieur. Mais tellement mieux entretenue! Plus nous l'habitons, plus nous n'en revenons pas d'avoir trouvé cette bête-là. C'est un Jeanneau Sun Odyssey 45.1 de 1996. Il y a quelques travaux nécessaires que nous avons déjà entamés.
Le départ est prévu pour la mi-janvier. Des amis ont complété l'empaquetage de l'équipement qui vient de chez nous dans une grosse boite de bois qui sera expédiée par cargo. Nous serons probablement quatre à faire le trajet de Patras en Grèce jusqu'à Gibraltar en Espagne. Ce devrait être là que ma petite famille va venir nous rejoindre. Comme nous n'avions prévus partir que deux mois et qu'en plus nos locataires sont partis, Lilas doit rentrer chez nous pour régler un paquet d'affaires. Et ce sera sage pour Nathan de ne pas faire la Méditerranée en hiver. Le trajet Gibraltar-Guadeloupe sera plus avec un vent portant, moins dur pour le moral. Nous voulons lui faire vivre une belle première expérience de navigation. Jusqu'à maintenant, du moins durant notre première sortie à bord de Thétis, il a vraiment aimé la sensation d'avancer à la voile. Probablement qu'il n'a pas vraiment réalisé ce que nous faisions, mais au moins il avait du plaisir à être à bord! Quant à nous, Lilas et moi, cette première sortie a été concluante pour notre décision. Ce n'est pas un voilier performant. Nous recherchions un voilier habitable et confortable. Et Thétis offre plus que ce que nous aurions pu espérer. Le point majeur est que le propriétaire l'a vraiment traité avec soin.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 21 janvier 2018