Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

19 avril 2016

Bien ancré!

Bien ancré!

Depuis que j'ai mis le pied à terre, la navigation me manque. Maintenant, je suis bien ancré depuis plus d'un an et demi. Mais je vis bien le moment présent. Je me répète souvent chaque chose en son temps.
Dès mon retour, j'étais un peu en demande pour quelques conférences et certains récits d'aventures que vous avez peut-être vu passer. J'étais plus ou moins prêt à livrer ce que j'aurais voulu livrer, mais je croyais que je devais le faire. En même temps, je devais un peu travailler. Alors la vie m'a vite rattrapé. À travers une nouvelle rencontre, j'ai dû savoir manœuvrer avec mes diverses missions. Je me suis vite retrouvé très occuper. J'ai donc coupé court sur la remise en état de ma petite Loréline. Mon seul but était de la ramener à Tadoussac où nous allions passer l'été. Ma copine, Lilas, m'avait proposé de l'aider dans les rénovations de son gîte. Et ainsi de suite! J'ai donc travaillé tout l'été passé comme aubergiste au Gîte du Goéland. Dans mon souci de me tenir un peu en forme et de sauver des émissions de CO2 j'avais l'immense plaisir d'aller porter nos draps à laver en vélo tous les jours. J'ai appris à refaire des lits bien faits vite faits. Et je n'avais jamais lavé des salles de bains aussi souvent que ça. Et j'ai aussi découvert le plaisir de passer la balayeuse tous les jours. Sans compter que je travaillais quelques soirs par semaine comme serveur dans un restaurant. J'avais juste à ne pas partir vagabonder durant deux ans! Maintenant, ça va mieux, je reprends le dessus.
À travers tout ça, il nous est arrivé toute une aventure! Au début de l'été passé, nous apprenions que nous attendions un petit cadeau de la vie. Nos vies allaient complètement changer. Ce n'était pas quelque chose que nous souhaitions nécessairement. Mais nous l'avons accepté tels qu'il se présentait. Un petit garçon prévu pour le mois de février 2016. Nous avions neuf mois pour nous préparer mentalement.
Je n'ai pas vu l'été passé. Nous n'avons pas beaucoup navigué. Mais juste assez pour que je me rende compte que c'est vraiment plaisant de naviguer avec des gens. De un, j'ai eu l'honneur de partager quelques sorties avec mon ami qui m'a suivi tous les jours tout au long de mon périple autour du monde par la voie des ondes, Richard Taillefer. Un vieux loup de mer et de surcroît, climatologue. C'était vraiment tout un plaisir de hisser des voiles avec un marin qui sait ce qu'il fait et qui a plusieurs traversées à son actif. De plus, j'ai aussi tiré des bords avec une gang d'amis. Je me suis vite rendu compte que Lilas a une bonne connaissance de la navigation à voile. Elle a déjà traversé l'océan sur des voiliers. Nous avons alors une longueur d'avance lorsqu'on largue les amarres ensemble. Je peux facilement m'amuser sur le pont tout en pouvant faire confiance à ce qui se passe dans le cockpit.
Alors quels sont les projets?! C'est une bonne question. D'abord je dois terminer de classer mon retour sur terre. J'ai commencé à écrire ce que je dois. C'est un peu complexe, car ce que je fais dans la vie ce n'est pas seulement de naviguer pour naviguer alors j'essaie de trouver le chemin pour dire les choses que je ressens. La solution de la situation globale réside dans une accumulation de petits gestes dont nous avons tous une responsabilité individuelle. Ensuite, les idées de naviguer fusent à profusion, j'y pense tous les jours. L'idée serait de partir avec un équipage. J'ai d'ailleurs rencontré sur ma route un navire qui serait l'idéal pour ce genre d'expédition. Je devrai trouver comment financer un tel projet. Malheureusement, je dois relayer la charge de ma fidèle monture à quelqu'un d'autre. Loréline m'a fait faire beaucoup de chemin, je lui dois beaucoup d'apprentissages et surtout je lui dois la vie. J'espère qu'elle trouvera quelqu'un qui saura lui donner beaucoup d'amour. C'est une bonne bête qui a encore du cœur au ventre!
Nous avons encore des choses à régler pour la bonne marche du gîte. Et nous voulons que Nathan, notre petit bout qui est né le 2 mars finalement, soit un peu plus vieux avant un autre départ. Il nous reste donc quelques années à vivre à terre, bien ancré! Avant une autre navigation avec un autre projet.
Prochaine conférence le 24 avril au Bistro YerMad vers 14h, sur la rue Maisonneuve à Montréal!



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 22 novembre 2017