Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

7 juillet 2014

Probablement, réveillé par une vague

Probablement, réveillé par une vague

Je me suis réveillé d'un coup en sursaut. Probablement un autre bateau-remorqueur. Certains font attention, d'autres lèvent leur vague juste un peu avant de sortir de la marina. De toute façon, je vois bien que le soleil tend à vouloir percer les nuages, je dois écrire un peu. Je me fais un café alors.

je suis arrivé dimanche soir. Il faisait noir lorsque je me suis présenté à la marina. J'avais vu la bouée. Mais seul, je n'étais pas de son fonctionnement. Y a-t-il un cordage, je n'en avais pas vu. J'avais décidé de m'ancrer. En jetant l'ancre, un bateau-taxi, celui de la marina, est venu me voir. Il est interdit de s'ancrer ici. C'est vrai que je suis juste à côté du chenal où tous les bateaux transitent pour rejoindre le canal de Panama. Et des cargos, il y en a un et un autres. Et des bateaux-pilotes, et des bateaux-remorqueurs, il y en a partout. Ils viennent chercher leur carburant à la marina. J'ai été chanceux, c'était la dernière bouée d'amarrage de disponible, elle m'attendait. Les jeunes dans le bateau-taxi m'ont chargés 10$ pour m'aider à m'amarrer, je devais fournir le câblot. Alors, c'était plus facile avec de l'aide. C'est un peu cher payer 10$ pour 2 minutes de travail. Mais comment leur en vouloir.

D'où je suis, je vois des voitures qui passent partout. Le pont juste en face en est plein. Le flot de véhicules automobiles est sans cesse nuit et jour. La route de la marina est pareille. Les avions sont constants aux dessus de nos têtes par ici... On dit que j'arrive dans la civilisation. J'aimerais bien qu'on me définisse ce terme. Est-ce que si nous prétendons être civiliser signifie que nous avons le droit de polluer... le droit de créé la pauvreté... le droit de lever la vague même s'il y a plein de gens autour...

Les Azthèques devaient prétendre être plus civilisés que les autres aussi. Comme toutes les autres grandes civilisations. Plein d'idées viennent dans ma tête. Mais pour le moment, je dois me retenir. C'est vraiment désolant de se sentir observer et épier par une indésirable qui n'a jamais eu d'autres idées que celles emprunter aux autres, un jour je vous expliquerai, vous comprendrez ce que je veux dire.

Pour le moment, je dois aller faire mon entrée au pays. Et trouver un moyen pour passer ce canal. J'ai peur que mon moteur soit faible un peu pour atteindre la vitesse de croisière minimale requise pour passer le canal.

Pensez-vous que ça peut passer comme ça...

Et pendant combien de temps...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 17 août 2017