Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

6 mai 2014

Tout un choc !

Tout un choc !

J'arrive d'un très long voyage. Je commence à avoir vu plusieurs cultures différentes. Du Japon aux États-Unis, le choc est assez intense. Je sais, j'ai appris au fils du temps que la chose la plus importante à faire en arrivant dans un pays, c'est de faire son entrée officielle avec les autorités compétentes... C'est ce que j'en avais déduit du moins. Mais pas ici à San Francisco. La première chose que l'on vous demandera de faire est de passer la carte de crédit dans la machine pour payer la marina... Ils ne veulent pas savoir si vous êtes clandestin ou si vous trimbalez de la drogue, ça, ce n'est pas important. Ils ne s'informent pas non plus si le voyage a bien été, ou si vous êtes en santé. La première chose est de passer la carte dans la fente... Dans quel monde vivons-nous? J'avoue que suite à mon passage au Japon, j'arrive en Amérique du Nord et le choc est assez brutal.

Mais je ne m'arrête pas à la première sensation vécue. Nous devons passer par dessus pour comprendre la complexité de la machine qui devient de plus en plus globale à l'échelle planétaire. Le fait le plus marquant, c'est que l'endroit où je me suis fait le plus avoir par les autorités reste à Palau. Une île anciennement américaine, où j'ai l'impression que la culture américaine reste implantée au coeur de certaines personnes. Il y a un lien à faire. Je devais arrêter ici, pour mieux comprendre certaines choses.

De l'autre côté de la médaille, je fais des rencontres vraiment sympathiques. Et ce, à tous les niveaux. Même la madame de la douane comprend exactement de quoi je parle. Bien sûr comme toujours, je fais des rencontres dans la rue comme ça. Un monsieur en vélo, banalement je lui adresse la parole, nous discutons. Il m'envoie un courriel par la suite pour m'aider dans ma recherche sur la possibilité de planter un arbre par ici. Un autre monsieur dans un petit casse-croute. Nous commençons à discuter, il vient d'Algérie. Nous sommes sur la même longueur d'onde. Il m'offre ma pointe de pizza!! Ma première bouffe américaine, elle était vraiment très bonne. Quelques autres cyclistes rencontrés sur le fly aussi en prenant le transport en commun pour me rendre à la douane. Une madame d'un certain âge, peut-être retraitée, je ne sais pas. Elle m'aide à comprendre le système de paiement du transport en commun. Nous discutons et prenons le train ensemble. Elle m'indique l'arrêt où je dois descendre.

L'humain, au risque de me répéter, il est humain partout pareil.

L'état de la pauvreté à San Francisco est monstre. Il doit y avoir au-delà de 10 à 20 personnes qui vivent dans la rue à chaque coin de rue au centre-ville. Il y en a partout. Je me demande où le principe d'égalité se retrouve dans tout ça et surtout comment fait-on pour créer la pauvreté... De quelle façon pouvons-nous voir clair à travers tout ça?

Finalement, je me suis trouvé un pilote automatique. Chez un fournisseur de l'autre côté du Golden Gate Bridge, ils le reçoivent à l'intérieur de 24h. Donc, je vais le chercher mardi matin. Il était difficile de me trouver un moteur pour réparer mon vieux. Et je crois qu'il est temps pour lui de passer le flambeau. Il a rempli ses fonctions pendant de multiples années maintenant. Son trajet achève.

Et pour couronner le tout, j'ai rencontré un super beau petit couple. Des retraités bien sûr. Je les voyais, ils ramassaient les ordures sur le sol! Je n'avais jamais rencontré des gens qui faisaient ce que je fais parfois. Ça fait du bien à voir. Ils sont équipés d'un bras mécanique afin de ne pas se pencher. Ce qui rend la cueillette plus agréable.
Je suis convaincu que nous ne sommes pas si loin. Si l'humain arrêtait ses abus, et commençait à faire le ménage dans le bon sens en arrêtant de gaspiller les ressources. Et que chacun faisait sa part. Nous pourrions léguer à nos enfants une planète saine avec des valeurs sociales remplies de respect. Merci au Japon...

Nous avons besoin d'une conscientisation monstre...

Et que les médias nous aident aussi à nous informer et non pas seulement nous divertir...

Car l'heure se doit d'être à la conscientisation.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 20 octobre 2017