Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

30 avril 2014

Un petit anticyclone

Un petit anticyclone

Le petit anticyclone arrive du sud. Il prend sa place tranquillement. Son centre vient nous couper la route. Spi est aux anges, ça lui fait de l'ouvrage.

Lundi matin, c'était le brouillard. On ne voyait rien à 100 m. Il y avait tout de même 10 noeuds de vent du sud. Je laissais le génois tirer son maximum de temps d'utilisation. Ou encore, je n'avais pas envie d'envoyer spi dans ce brouillard. En quelques minutes, le temps de me revirer de bord, j'étais à l'intérieur. Le brouillard s'est enfui. Probablement, le point de rosée a été atteint. Je voyais l'heure du spi s'en venir. Le vent tombait en même temps. Je ne suis pas encore très bon pour l'envoyer. J'y vais par étape. Alors, la grand-voile seule quelques minutes, on fait un 360... Je rattrape le tout. Je choque la grand-voile un peu, ça va aller mieux. J'envoie spi et nous reprenons notre vitesse. Elle variera entre 0.1 et 2.5 noeuds durant la journée. Le vent vire plus à l'ouest un moment donné, vers midi. Et il revient au sud en après-midi. La vitesse est meilleure. Je commence à saisir le vent apparent. Sans lui, aujourd'hui, on avancerait pas. Il y a à peine 5 noeuds de vent. Le spi est bordé le plus possible, j'ai reculé son point d'écoute, le tangon presque sur l'enrouleur et le barreur sent le vent au près. Lorsque le vent s'en va à l'ouest, on tombe presque au neutre. Hier, il a cassé son bras (le cordage), celui dans la gueule du tangon. Il avait déjà cassé l'autre je ne me souviens plus sur quelle mer. Un noeud de chaise fait rapidement remplace très bien l'épissure.

Une baleine nous passe au nord. À 100m environ. Elle prend son temps. Je lui vois très bien le dos, la petite nageoire dorsale. Elle prend son souffle... Elle n'avance presque pas. Elle prend un autre souffle... un autre.. Elle en prend plusieurs... Tranquillement... Je perds son souffle de vue au loin. Quelques flotteurs de p?heurs aussi. Des bouts de plastique. Quelques bouteilles de verre.

Le soleil se montre le nez, et pas à peu près. Il est chaud. Je fais un somme à l'extérieur avec une couverture par contre!

Je commence à être meilleur avec le spi. Lorsque tout est bien en place, j'en avais bien peur. Je le hisse à la main! Une fois rendu en haut, il se gonfle d'un coup et il est pesant! Il donne un coup! On sent la puissance de spi, à ne pas négliger...
Le vent diminuera en fin de journée. On arrive au centre de l'anticyclone. Si les prévisions ne changent pas... Nous sommes directs au centre actuellement!! J'ai mon voyage de terre. Le vent va tourner bout pour bout cette nuit!!!!!

Lundi soir, je vais me coucher. Après un superbe coucher de soleil! Les cirrus et tout le kit... On avance à 1.3 noeud toujours avec Spi!! On ne voit que la vague de fond d'un mètre nous soulever tout doucement par l'arrière. Nous avons une légère gîte, simplement pour sentir les forces qui s'exercent. Loréline glisse sur l'eau... Navigation magnifique... Je n'aurais pas envie d'aller au lit... Je dois dormir... de l'intérieur, toujours l'eau qui s'écoule sur la coque... Qu'est-ce que je ferais sans Spi... On n'avance pas beaucoup, mais on avance!

La nuit me permet de bien dormir avec le spi toujours à poste. Peu avant que le soleil se lève, il tombera... Il n'y a plus de vent. On ne peut pas être plus au centre de l'anticyclone. Je me lève bien sûr. Je ramasse mon équipier dans les haubans.
Je suis patient. On n'avance pas du tout. Un objet traine dans l'eau. Il vient à notre rencontre. Je le repêche juste pour voir.. C'est un fluorescent intact. Il y a de la vie dessus. Je prends le temps de l'examiner. Je décide de démarrer le moteur. C'est le temps de l'essayer avant d'arriver. Je fais deux heures de moteur. J'en profite pour ramasser d'autres objets qui flottent... Je n'ai pas de place pour ça, mais je me dis que tant qu'à passer par ici. Aussi bien faire une petite part. Alors, je choisis une bouée orange. Il y a même des crabes dessus. La bouée est séchée par le soleil. Je continue mon chemin. Il y a une autre boule plus foncée cette fois. Je m'approche lentement. Je la cogne et le son est bizarre. J'essaie de la prendre avec ma main. C'est une boule de verre verte. Je viens de la fracasser. Je la coule simplement et elle continue son chemin vers le bas. Je m'approche de quelque chose. C'est une bouée de sauvetage! Je la prends elle aussi. Je crois que c'est assez pour la pêche. Je pourrais remplir mon bateau au complet.

Le vent reprendra ses fonctions. Je commence par envoyer le génois. On avance tranquillement. 0.5 noeud... 1.0 noeud... Le cap n'est pas bon pour envoyer Spi tout de suite, j'attends que le vent vire plus au nord. J'emballe Spi dans sa poche. Je prépare le pont pour lui. Nous sommes prêts. Il se fait envoyer deux heures plus tard. Le vent est faible. Environ 4 noeuds je dirais. Le brouillard se lève. Il venait à peine d'arriver il y a quelques heures.

Finalement, le vent vire un peu trop au nord. Car j'abats un peu afin de faire un meilleur cap... Et on perd le vent. Le vent est trop faible encore. On avance seulement sur le vent apparent. Cap 450, vitesse 1.5 noeud... au moins, on avance silencieusement!!

Sur la photo, le régulateur est débranché. Parfois, lorsque le vent est vraiment faible, Loréline se barre mieux toute seule.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 22 novembre 2017