Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

22 janvier 2014

Je suis enfin parti pour le Japon

Je suis enfin parti pour le Japon

Me semble que ça fait plus d'une fois que je dis ça... Je me doutais bien, je redoutais bien cette traversée. Le vent du nord-est ne me la laissera pas facile. La mer est grosse. J'ai remarqué finalement lorsque les nuages se sont dissipés. Pas au complet bien sûr, mais au moins pour me laisser mieux voir la mer. Lundi, j'ai remarqué l'énorme vague de fond que je montais et redescendais constamment, elle vient du nord. Et il y a aussi une vague qui vient de l'est. Celle-ci est plutôt d'environ un mètre. Cette mer croisée me fait de drôle d'éclat de paquet de mer.

En fin de journée lundi, j'ai vu une dorade sortir de l'eau. Elle a sauté d'une vague à l'autre d'un coup. Et elle est ressortie quelquefois tout de suite après. Une grosse dorade, environ 30 pouces. Si elle se faisait poursuivre, j'aurais été curieux de voir son prédateur... Je n'avais jamais vu une dorade sortir de l'eau.

Le vent augmente, je prends un ris... Je déchire la grand-voile! Merde, ce n'est pas sur une couture. Le tissu commence à être usé. Je laisse comme ça pour la nuit. Il annonce moins de vent demain et après demain. Je ferai une réparation de fortune. Je n'aurai pas le choix de prendre le 2e ris durant la nuit. Le vent se lève.

Nous n'avançons pas nécessairement très bien. C'est certain qu'au près du vent comme ça, la vitesse ne peut pas être excellente. Mais on réussit à faire 4.0 noeuds et parfois on monte à 5.0 noeuds, donc c'est pas mal. Pas toute la journée, car le vent change constamment. Parfois notre vitesse descend jusqu'à deux noeuds, d'autre fois un noeud, . Mais nous avons réussi à progresser de 80 miles hier, 90 miles aujourd'hui. C'est très bon pour du près, avec une vague qui parfois veut presque nous arrêter.
Mardi la journée est plus tranquille. On ne voit presque plus la vague de fond. Du moins, elle a parfois diminué. La mer pète toujours autant! C'est beau à voir. J'essaie d'entreprendre la réparation de la voile. Avec un ruban adhésif pour voile. Je dois pratiquer des points de rapprochement auparavant. Il vente, je ne suis pas à plat. La réparation ne sera pas la plus belle. Le tissu commence probablement à être mangé par le sel, il est fragile. Je devrai changer la lisière au complet au Japon. Le premier point de ris ne pourra plus être utilisé pour cette navigation. Si je l'étarquais, je déchirerais ma réparation. Au moins, elle tiendra toute la voile dehors ou bien avec 2 ou 3 ris, c'est sûr. Sinon, dans le pire des cas, j'installe ma vieille voile que j'ai amenée au cas où.

Le vent diminuera durant la soirée de mardi. Je hisse toute la toile. Je fais un test pour ma réparation en même temps. Je vois une grosse bande de nuages noirs se présenter par en arrière. C'est possiblement un des fronts de la dépression qui est supposée nous passer d'ici demain. Ça fait quelques fois que je vis ça par ici. Semble-t-il qu'il y a un front juste au nord de ma position. Sûrement un froid froid. Il doit y avoir comme des vagues décrites par le front entre l'air chaud du sud et le front froid. Ces vagues donnent parfois naissance à des dépressions. Il y des bandes de nuages qui passent, comme lors de front chaud et froid faisant parties d'une dépression. Ces nuages passent et le vent change d'un coup de direction. Tout comme lors du passage des fronts d'une dépression. Il me manque un peu de données pour confirmer ce que j'ai vécu, mais c'est spécial de vivre en direct des choses qu'on voit dans les livres.
Même chose pour mercredi, une dépression, probablement celle qui touchait les Philippines, me passe au sud. Le vent de l'est a tourné d'un coup au sud-est. Lorsqu'une bande de nuages noirs nous passait au-dessus. C'était vraisemblablement un front de la dépression. Par la suite, l'accalmie... avant le coup de vent. Il s'en vient d'ici 24 h.

Je regardais mes cartes. Je devais bientôt sortir une nouvelle, car celle que j'utilise actuellement se termine à 150 de latitude nord. Ma première idée était d'aller planter mon arbre à Kyoto. Mais j'ai changé d'idée, car il semble y avoir une délégation québécoise à Tokyo. Alors, j'ai ma carte détaillée pour la baie de Tokyo. Et j'étudiais un peu cette région de la planète. Je ne connais beaucoup pas l'Asie et l'Océanie. J'étais un peu déçu de ma performance, car je n'ai pas planté d'arbre en Océanie, je ne suis pas allé en Australie comme prévu. À force d'étudier mon petit livre sur le monde, j'ai vite fait de réaliser que l'île de Palau se trouve en Océanie! Mon arbre que j'y aurais planté ne sera pas sans vainc! J'aurai planté des arbres sur chaque continent! D'ailleurs à l'heure actuelle, avec les arbres plantés en Indonésie, qui se situe en Asie, J'aurais déjà atteint mon objectif de planter des arbres sur chacun des continents! Je suis pas mal content de moi. Pour ce qui est des trois caps, et bien, c'était un objectif secondaire. Il est plus important pour moi de travailler pour l'humanité que d'impressionner la galerie...

Mais je tiens à rejoindre le Japon. Je ne sais pas pourquoi, c'est un endroit mythique pour moi. C'est un pays très industrialisé, c'est une force industrielle incroyable. Leur PIB par habitant est un des plus gros au monde. Après avoir vu et vécu la pauvreté de l'Indonésie, je vais essayer d'aller voir la richesse et le développement du Japon. Aller y planter quelques graines! Attendez-moi, j'arrive!

La photo que j'ai réussie à vous faire parvenir c'est un emplacement de plongée à Palau. On ne le voit pas sur la photo à cause de la végétation, mais c'est une baie en fer à cheval. Les bateaux moteurs des compagnies guides de plongée viennent s'accrocher au corps mort dans cette baie. En fait, vous aurez compris que Palau, c'est un gros Resort. Il n'y a à peu près aucune production locale de quoi que ce soit, tout est importé par conteneur. Ils produisent des vacances sur mesure pour ceux qui peuvent se les offrir! Bien américanisées!

Les gros nuages noirs du front nous ont secoués un peu, j'ai pris deux ris dans la grand-voile et j'ai enroulé le génois. Par la suite, le vent est presque tombé nul. Revenant à sa provenance initiale.

J'avais oublié de mentionner que j'avais dû recoudre le génois lorsque je l'avais affalé afin de démonter l'enrouleur, j'avais bien vu que quelques coutures devaient se faire reprendre. Il aura besoin d'un tour chez la voilerie aussi au Japon.

L'autre chose que j'avais oublié de mentionner. Lorsque j'ai fait ma sortie de Palau. L'agent de l'immigration voulait discuter de ce qui s'était passé lors de mon arrivée. Ce n'était pas le même qui m'avait si bien reçu, mais il avait été mis au courant bien sûr. Il voulait plus ou moins s'excuser de leur attitude. Tout en disant qu'il fallait bien que les agents frontaliers soient un peu sur leur garde. En tout cas, nous avons discuté un peu de tout ça. Je lui ai montré la photo de mon cocotier planté en dessous du pont.
Parfois ce que je pense de tout ça, c'est que si je voulais faire du mal ou bien transiger quelque chose d'illégal... je ne crois pas que je me sois présenté aux autorités comme ça de mon plein gré. Parfois, j'ai l'impression que ceux qui ont le pouvoir veulent montrer leurs dents une fois de temps en temps pour affirmer leur pouvoir, pour affirmer qu'ils font quelque chose, mais franchement, parfois je trouve qu'ils ne travaillent pas à la bonne place... En tout cas, le dernier agent rencontré m'a dit qu'il allait soigner mon cocotier et qu'il espérait que je sois de retour un jour. Moi, je ne sais pas. Mais ce que je souhaite du plus profond de mon coeur, c'est qu'un jour l'autorité réalise qu'il faut commencer à travailler pour le peuple, pour les bonnes raisons, pour le vrai. Et non pas juste pour affirmer leur pouvoir, pour garder leur position... Mais pour le bien-être des individus, de la société, des sociétés... de l'humanité... Pourquoi ils se battent encore pour le pouvoir, on a tellement de temps à perdre dans le monde comme ça?! Parfois je ne saisis pas très bien.

Bon, j'essaie d'arrêter de réfléchir, je m'excuse encore une fois. J'essaie de rallier le Japon, en espérant que cette mer-là me laisse passer...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 juin 2017