Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

25 octobre 2013

Il fait noir...

Il fait noir...

C'est brumeux, vous sentez l'humidité vous transpercer. Il y a tout de même une brise qui touche votre visage. C'est froid. Vous ne voyez presque rien, il fait trop noir. Juste une étoile réussi à passer au travers d'un trou de nuage, sinon rien du tout. Le voilier avance à une vitesse d'environ 0.5 noeud. Il se fait tout de même brasser par les vagues que vous ne voyez pas d'ailleurs. Vous pourriez être dans un manège et ce serait pareil. Mais en fait, vous savez très bien que vous êtes au milieu de nulle part. Il pourrait y avoir un caillou en face de vous et vous ne le sauriez pas.

Il y a des luminosités momentanées qui se font voir dans l'eau. Tiens, ce sont des petites méduses. Il y en a de plus en plus. Vous entrez dans un banc de méduses. Un frisson vous transperce le dos juste en imaginant tomber dans l'eau à cet endroit.
Le vent devrait se lever d'un moment à l'autre, mais il tarde. Vous êtes seul au monde. S'il n'y avait pas cette coque de plastique vous tenant à la surface, vous seriez où? Vous n'osez même pas l'imaginer, c'est trop atroce, votre pire phobie, mourir noyer... Les secours ne sont pas à côté...

Malheureusement, je n'ai pas pu prendre en photo cette soirée que j'ai vécue. Il faisait trop noir... Mais vous pouvez imaginer quel genre d'idée il peut nous passer parfois à l'esprit lorsque l'on se retrouve seul dans un endroit pareil.

Et là, ces derniers jours, je suis un peu pris avec un problème de vent. Il doit être en vacance. Il se repose. J'ai vu parfois des vitesses de 0.5 noeuds. Une chance nous étions auprès du vent. Je devais aller vers le sud, sinon au nord j'avais encore moins de vent. Je n'ai donc pas progressé, du moins pas dans le bon sens. Je suis auprès du vent de puis quelques jours maintenant, c'est plus ou moins confortable. Au moins, la mer n'est pas très agitée.

Il y a une dépression qui s'en vient. Elle me donnera le vent nécessaire pour avancer vers un cap qui aura plus d'allure. Bientôt, je remonterai de ces latitudes pour naviguer près de la côte ouest-australienne, direction Indonésie. Il me reste plus ou moins 2 000 miles nautiques à faire, une vingtaine de jours environ.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 18 août 2017