Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

30 septembre 2013

Demandez et vous recevrez

Demandez et vous recevrez

Je venais à peine d'envoyer mon dernier carnet de bord.  Je disais que je mangerais bien un autre calmar... Je suis sorti sur le pont, ajuster un peu le génois, son point de tire... Je m'assis sur la cabine pour placer le cordage correctement.  En me retournant de bords, il y avait un calmar à côté e moi, je me suis presque assis dessus.  Il me regardait avec ses gros yeux en me disant, mange-moi!  Je regarde un peu plus loin sur la cabine, il y en avait un autre...  avec ses gros yeux...  Finalement, il y en avait quatre sur Loréline.  La famille au complet, papa, maman, fiston et soeurette....  ils ont terminés dans la même poêlé.

La mer s'est effectivement gonflée. Deux à trois mètres de mer.  Vent variant entre 20 et 30 noeuds.  C'est confortable.  On avance bien.  Il y a des coins de ciel bleu, parfois, des nuages recouvrent la totalité.  Certains quarts d'heure, le ciel se dégage au complet.  Les changements sont rapides, c'est impressionnant.  Le vent provient du nord-ouest pour le moment.  Nous avons donc un bon cap et il se maintient bien.  Il y a toujours une vague de temps en temps qui vient pousser la proue ou la poupe du bateau comme toujours.  Certaines rentrent comme un coup de masse sur le côté, la coque vibre.  On ne se sent pas gros.  Mais on fait confiance.

Ce n'est pas vraiment plaisant d'être dans le cockpit.  Il y a toujours une vague qui vient nous mouiller à un moment donné.  Par exemple, j'ai mangé mon orange dehors vendredi matin, mais je me suis fait rincer, je m'y attendais.  Je n'aime pas beaucoup vivre confiné à l'intérieur.  Par contre, tout l'équipage se sent bien.  Personne n'a le mal de mer.

C'est tellement beau de voir les nuages de basse altitude se déplacer très rapidement au dessus de nos têtes et de voir tout en haut les cirro-cumulus.

J'ai tenté toute la journée de samedi d'envoyer ma position et des messages par radio.  Mais ce n'est qu'en fin de journée que j'ai réussi.  Je n'ai donc pas réussi à recevoir des fichiers météo à jour sur la situation dans les  environs.  Je sais à peu près, mais pas exactement.  C'est fou de réaliser que lorsque l'on commence à naviguer avec ce genre d'élément, on se trouve dépourvu sans lui.  Comme je vous avais déjà dit, je prends au minimum aux deux jours des fichiers montrant les systèmes atmosphériques des environs pour essayer de prendre la meilleure route possible.  Et samedi ça faisait deux jours.  Durant ce temps, les systèmes ont eu le temps d'évoluer beaucoup.  Et là je ne savais donc pas comment, par où et à quelle vitesse...

Je sais que je dois avoir du gros vent juste après cette zone de basse pression, juste avant de recevoir une zone de haute pression, entre 35-40 noeuds de moyenne.  Mais la zone de haute pression n'amène pas de vent.  Je serais mieux de descendre plus au sud pour essayer de l'éviter.  Mais la zone semble en couvrir large, jusqu'au 40e.

Dans la nuit de samedi, je ne dormais pas.  Mais qu'est-ce que j'attends?  Tôt ou tard, je vais me faire rentrer dedans.  Je me suis levé, me suis habillé et j'ai changé de cap, plus vers le sud...

En me levant dimanche matin,  la communication radio ne fonctionnait pas plus... Même pire...  J'ai essayé toutes les antennes, toutes les fréquences...  Les batteries étaient pleine charge, j'avais laissé tourner l'éolienne toute la nuit...  C'était bien normal, je me suis souvenu que j'avais débranché l'antenne la veille, il y avait des éclairs dans le ciel.  Une fois branché, ça fonctionnait mieux!

La journée était vraiment magnifique.  Le gros ciel bleu, avec quelques nuages.  La mer d'environ 4 mètres, bien formée.   C'est toujours aussi impressionnant en ouvrant la porte de voir ces murs d'eau là.  Mais on ne peut pas trop mettre de toile.  Les vagues poussent sur le voilier.  Certaines le déplacent de 4-5 pieds d'un coup.  La voile peut aller à contre, s'il y en a trop de sorti, le gréement se fait malmené.  Il faut se rappeler que le but est toujours que tout l'équipage soit heureux.

Après avoir reçu les derniers fichiers météo.  C'était pas beau pen toute.  Une énorme zone de haute pression va nous passer dessus...  Alors si l'on descendait plus au sud, ça pourrait même être pire pour les vents, il pourrait y en avoir moins qu'ici.  Selon les prédictions actuelles.  On va suivre l'évolution de proche.  Tant que la radio se porte bien.

Et juste avant la zone de haute pression, une zone de basse pression...  Dimanche soir...  En de semaine, elle semblait s'estomper.  Mais la météo persiste et semble montrer des vents entre 30 noeuds et à certains endroits 35.  Le ciel était si bleu et la météo à venir si noire...

Dimanche soir, nous y avons goûté...

Demandez pas trop, parce c'est impossible de tout avoir...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 novembre 2017