Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

3 septembre 2013

Le temps qu'il faut...

Le temps qu'il faut...

Comme toujours, je me suis levé ce matin vers 4h.  Mais de plus en plus, j'ai changé ma tactique.  Au lieu de me lever avec l'idée de tout faire dans la même journée, je prends le temps qu'il faut pour faire chaque chose. 

À 4h il fait encore noir.  Alors, je fais ce que je peux faire.  Parfois je triche un peu, je sors ma lampe frontale...  Mes voisins ne se sont pas encore plains de mes  coups de buffer...  Ils sont loin!   J'en profite!!

Mais ce matin, je faisais des retouches sur ma voile.  Les réparateurs ont oubliés quelques petits endroits.  En même temps je réglais un problème.  Un mousqueton avait resté pris dans mon génois sur enrouleur.  L'empêchant ainsi d'affaler.  Je l'ai protégé par du plastique avec un ruban adhésif par-dessus.  J'ai fait un essai sur le deuxième mousqueton seulement avec du ruban pour voir la différence d'usure après la navigation.  Il se peut que je protège tous les mousquetons comme ça, car ils usent le génois par frottement.  Ils frottent souvent dans une journée...  Et après, j'ai essayé de la hisser pour voir si elle se hissait bien, au cas où!  Parfait!  Le vent nous a vus faire, il s'est mis à souffler.  J'ai dû calmer ma monture...   Ce n'était pas le temps, pas encore, mais elle commence à avoir des fourmis dans les voiles...

Ensuite, j'ai essayé de régler un autre petit problème.  Une infiltration d'eau par le puit de la mèche de safran.  C'était un peu gênant, mais pas catastrophique.  L'eau restait dans le coffre arrière.  Je crois avoir résolu le problème, du moins minimiser l'infiltration d'eau.

Après quatre ou cinq heures d'ouvrage, il est le temps de faire autre chose.  Je suis allé à terre faire mon vélo et j'en ai profité pour voir si je ne trouverais pas des petites pièces dont j'aurais besoin.  En passant par l'épicerie, j'ai rempli mes sacs.  Il m'en restera moins à faire.  J'ai réalisé en revenant, que je n'avais pas pris le temps de marcher sur la plage.  Je m'y suis rendu.  Et je me suis assis sur un mur de brique.  Un chinois est venu s'assoir.  Ils étaient tout un groupe à se prendre en photo d'un côté comme de l'autre avec différentes poses.  Mais lui, il était assis.  C'est une culture que je ne connais pas, des gens que je n'ai jamais été beaucoup en contact avec.  Ils m'intriguent.  J'ai donc essayé d'entrer en contact.  J'avoue qu'il avait envie lui aussi.  Mais son anglais était aussi bon que mon catalan.  J'ai su qu'ils venaient de la Chine en vacance pour une semaine.  Il a compris que je venais du Canada.  Je ne suis pas sûr qu'il ait compris que je naviguais.

Hier, dimanche, j'avais un peu travaillé sur mon régulateur.  Il s'en vient bien je crois.  Et aussi sur ma porte de descente.  Elle s'en vient de mieux en mieux.  J'ai aussi grimpé au mât.  Les cordages que j'avais installé pour empêcher les drisses de prendre dans mes marches étaient usés et menaçaient de céder dans les prochains miles.  J'en ai changé plusieurs. 

À tous les jours j'avance tranquillement, j'essaie de prendre le temps qu'il faut...

Mon gâteau de fête, au chocolat s'il vous plait!

Merci pour les souhaits de fête!  J'ai réussi à avoir mon gâteau au chocolat!



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 25 juin 2017