Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

31 août 2013

Défaire nos préconceptions...

Défaire nos préconceptions...

Je prenais mon café...

C'était mon deuxième ce midi.  Mais le premier, il était un peu tiède.  Alors pour le deuxième, je lui ai demandé de le faire bien chaud.  J'avais vu la serveuse ailleurs le réchauffé.  J'ai compris tout de suite qu'ils savent le faire plus chaud.  Je ne suis pas plus fou qu'un autre.  Je lui ai donc demandé gentiment.  Elle m'a demandé en retour...  avec du lait froid ou chaud?  Froid, s'il vous plait!  Tout de suite en me retournant, je me suis dit, elle doit trouver ça spécial, un café bien chaud avec du lait froid.  Mais je trouve que la température du lait change son goût alors je le préfère froid, voilà tout.

Mais c'est en déversant mon lait lentement dans mon café que j'ai resté surpris.  En mélangeant le froid et le chaud, on crée des tourbillons avec des formes très particulières parfois à des vitesses folles.  Les matières se rencontrent de façon un peu brusque même.  Mais la seule issue possible de cette histoire-là, c'est le mélange complet des deux matières.  J'ai commencé à réfléchir, comme un peu toujours... 

Je crois qu'on peut faire allusion aux cultures aussi... 

J'ai fait de superbes rencontres en allant à Cape Town l'autre jour.  Je regardais une sculpture dans un endroit public.  C'était une sculpture africaine, une statue quelconque représentant définitivement un africain d'origine.  Celui-ci avait des têtes de Bart Simpson qui ressortaient de lui un peu partout.  Une dans le front, une autre sur la poitrine, une autre sur le genou bref, partout...  Je l'ai trouvé vraiment exceptionnelle...  Il fallait y penser.  Mais elle est très représentative de la situation africaine. Peut-être même de la situation mondiale.   J'avais envie d'en discuter avec le premier venu pour savoir ce qu'il en pensait.  Mohamed passait par là et je crois qu'il m'entendit réfléchir...  Il me demanda si je connaissais la signification de cette oeuvre d'art...  Nous avons eu toute une discussion. Très intéressante...  Il m'invita à une conférence qui se donnait la semaine prochaine...  Mais je ne crois pas avoir le temps, je devrais probablement être parti...   Mais j'espère garder contact.

Plus tard, j'ai rencontré un cycliste camerounais, il parle donc français.  C'était vraiment plaisant de pouvoir parler le français.  Nous avons donc pédalé un peu ensemble.  Il m'a fait visiter un coin que je n'aurais pas pensé aller voir.  Un petit cartier, des petites ruelles.  Il  m'a bien expliqué qu'ici, il ne niaise pas dans les rues...  Ce n'est pas compliqué si quelqu'un ne t'aime pas la face, tu peux mourir facilement.  Alors, il s'en tient à des endroits sécuritaires.  L'église, l'école, la bibliothèque,  le travail...  Wow, toute une vie...  pas capable de sortir dans les rues tranquille...

Probablement que je vous l'ai déjà dit, mais plus je voyage et plus je vois du monde.  Et plus je trouve l'être humain, humain égal partout...  si le mot humain pouvait être un adjectif.  Car en fait, je crois qu'il devrait pouvoir l'être.  Mais certains abusent de lui, alors nous ne pouvons pas pour l'instant bien le définir.  Mais si nous lui donnions une bonne définition dans le genre de l'humanité.  Et je ne veux pas trop en parler pour l'instant, car présentement on pourrait tendre vers deux définitions complètement opposés, ceux qui abusent et ceux qui sont simplement humain.  Mais si on le définissait bien, peut-être que les gens comprendraient mieux à quoi le genre humain devrait servir sur la terre.  Mais je trouve ça tellement bête les gens qui parlent plus qu'ils ne font...  Alors, on va se donner de belles définitions pour bien paraître...  Écrire de belles phrases sur les valeurs humaines...  Je vous jure l'humanité parfois...Mais, aujourd'hui il faut plus de gens qui font que de gens qui discutent...  Parce qu'il y a encore trop de parleur...

Tout ça pour dire, que ce n'est pas nécessairement une question de l'individu.  C'est peut-être plus une question de la culture autant familiale que sociale, dans laquelle nous sommes immergés...  Et si vous immergez un individu provenant d'une autre culture dans la vôtre, il pourra prendre vos couleurs.  Mais je crois, la chose la plus incommensurable...  tout comme cette tasse de café...  lorsque l'on mélange deux couleurs...  deux cultures...  le mélange peut prendre du temps, peut c réé des remous...  mais elles ne peuvent faire autrement que de se mélanger et donner comme résultat une couleur agréable, un résultat équilibré entre les deux...  Et ça, c'est ce qu'on souhaite, car il y a du bon dans tout.  Il faut juste savoir prendre le bon et laisser le mauvais...  Chose très difficile à faire...  Atteindre l'équilibre...

 Le party de salade!

Il faut voir ce que la culture américaine a produit dans le monde pour comprendre la globalité du problème social et environnemental.  Cette culture américaine qui est d'origine européenne.  Et faire attention, lorsque l'on dit que l'on est différent parce qu'on peut ressembler étrangement à nos voisins des fois, le mélange se fait dans les deux sens... et si la culture américaine tombe tranquillement, il faut peut-être revenir un peu aux racines de la vie... 

J'adore les africains...  Et celui sur son vélo, Marc, c'était trop plaisant de le voir pédaler juste pour se déplacer, pas pour s'entraîner, par plaisir!  Nous étions une belle équipe!

J'en ai rencontré un autre aussi, Fred.  Il a étudié à l'université, c'est un génie.  Il a une bonne vision globale du monde.  On refait le monde ensemble.  Nous avons de bonnes discutions.

Et ces anglais...  Je vous dis avec ce qu'ils nous ont fait chez nous...  C'est certain qu'au premier regard nous avons envie d'être très critiques envers eux.  Mais ici, je n'ai que rencontré des gens qui m'ont aidé, donnés des conseils et même donner du matériel, donner du temps aussi...  J'ai même eu une discussion vraiment intense sur le monde avec un jeune couple qui  a mon âge environ, mon voisin de bouée.  Toutes les cultures savent et connaissent le problème social mondial qui produit du même coup le problème environnemental. 



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 juin 2017