Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

24 août 2013

Les réparations avancent...

Les réparations avancent...

Lentement... mais sûrement!

J'ai finalement fait le tour de pas mal toutes les questions de petites réparations nécessaire avant un autre départ.  Et j'ai réussi à trouver les éléments nécessaires.  Je me suis donc mis à l'ouvrage tranquillement.  Malgré que régulièrement je réglais d'autres petits ajustements mineurs.  Mais ce jeudi, je me suis affairé sur l'ajustement de mon régulateur d'allure.  Normalement les contre-plaqués qui tiennent les poulies des drosses (selon les plans initiaux d'installation) devraient être collés et fibrés sur la paroi interne de la coque.  Mais, j'avais un doute lorsque je l'avais installé.  Alors, j'avais effectivement collés et fibré des contre-plaqués sur la paroi interne de la coque.  Mais assez épais pour recevoir les  visses qui tiendront le contre-plaqué qui tient les poulies des drosses.  Je peux ainsi plus facilement défaire mon système de poulie sans être obligé de tout brisé!  Ce n'était donc pas un cassage de tête pour moi de changer le système de poulie de place.  Mais je ne voulais pas seulement le changer de place.  Je voulais aussi avoir plusieurs prises afin de pouvoir ajuster l'angle des drosses aux besoins.  Je me suis procuré des contre-plaqués plus grands que les originaux.  J'ai dû les taillé à l'égoïne.  Ils étaient au préalable trop grands.  Mais cette fois-ci, je les laisse aussi légèrement trop grand au cas où je devrais leur retoucher une autre fois.  J'ai vraiment été chanceux de trouver du contre-plaqué marin de la bonne épaisseur.  On n'en trouve pas à tous les coins de rues du marin et en plus de cette épaisseur.  Le spécialiste du bois de la marina lui restait deux morceaux presque identiques à ce que j'avais besoin.  Comment demander mieux.  Le plus difficile a bien été d'identifier ce monsieur.

J'ai aussi grimpé au mât ce jeudi.  Je tenais à jeter un oeil sur ce fameux axe.  Qui me doit mon fameux démâtage.  J'avais mis en place en pleine mer une tige fileté d'un matériel en inox mais d'une qualité moindre à ce que nous sommes habitués sur les embarcations.  Il est encore très beau.  Il a commencé à s'oxyder légèrement.  Je le change tout de même.  Je le remplace par du 316.  Je me suis fait conseiller d'y mettre une tubulure avec un axe fileté qui rentre à serre à l'intérieur.  Tout ça au lieu d'aller voir le machiniste du coin.  En commandant un mètre de chaque, j'en aurai pour la fin de mes jours.  Le spécialiste dit que la tige fileté rentre directement dans la tubulure, ils sont faits pour ça.  Il ne m'avait pas dit qu'il faudrait que je passe encore une soirée à jouer de la lime...  et je n'ai pas encore terminé....  Je vais trouver le moyen, patience...

Le gars qui lime... encore...

On m'avait parlé d'un jardin botanique près de Cape Town,  le Kirtenbosch National Botanical Gardens.  Les gens semblaient me dire que peut-être il pourrait m'aider dans ma quête de plantation d'arbre.  J'avais donc entrepris de m'y rendre vendredi matin.  C'est tout de même environ 40 km pour s'y rendre.  Je me suis donc levé très tôt.  Et j'ai réussi à être sur mon vélo vers 6h30.  Je prends l'habitude de m'arrêter en chemin pour admirer le paysage, je trouve que je ne prends pas assez le temps.  Il y avait tout un cactus à un carrefour.

Ensuite, j'ai essayé de trouver un café pour envoyer un message internet.   Il n'y en a pas beaucoup, j'ai fait quelques endroits.  Je me suis retrouvé par hasard devant l'écran d'une télévision.  C'était la seule place pour brancher mon ordinateur.  Il y avait de la course automobile...  Dire qu'il y a encore des gens qui s'amusent à brûler du carburant  en tournant en rond pour savoir qui en brûle le plus...  Ce sont nos héros nationales...  L'humanité...  Non mais on crée de l'emploi!!

Je continue tranquillement en poussant sur les pédales...

J'arrive quelques heures plus tard au jardin botanique.  Les gens sont très sympathiques.  Ils me laissent mettre mon vélo dans une salle afin de le laisser en sécurité pendant que je vais voir les personnes en charge.  La première personne en charge rencontrée est très intéressée par mon projet, on prend le temps de bien discuter des problèmes environnementaux globaux.  Visiblement impressionné par ce que je fais...  Il me réfère à  un autre responsable qui sera peut-être en mesure de m'aider.  J'arrive un peu tard à son bureau, il est parti dîner un peu avant le temps.  Et l'heure du dîner dure deux heures.  Je dois attendre, mal pris dans le jardin....  Je dois faire le tour tranquillement.  Une petite famille de canard...  de superbes fleurs...  des arbres gigantesques...  Et je m'asseye dans la verdure, relaxant au soleil en admirant les montagnes en arrière-plan.  Il y a une classe d'école.  Le professeur leur enseigne la biologie.  Je tends l'oreille.  Très intéressant!  Ça me rafraîchi la mémoire.  Je ne sais pas trop où elle va dans son discours, mais il me semble qu'elle a un but...  Et lorsqu'elle sort le mot global warming...  we must change our lifestyle...  je n'ai pas le choix...  Je vais me présenter...  Et je me suis donc présenté aux jeunes en leur disant ce que je faisais.  C'était vraiment une belle rencontre.  Ils voulaient me prendre en photo avec eux...  et je les ai aussi pris en photo...

Les jeunes écologistes...

Finalement le rencontre avec le responsable n'a été qu'une discussion.  Il voulait bien me donner des arbres, mais ce n'était pas des arbres indigènes.  Alors si la personne ne s'en serait pas bien occuper, ils seraient morts.  J'ai travaillé  une fois pour rien au Brésil, je ne recommencerai plus.  Je suis donc reparti bredouille.  Mais j'ai tout de même partagé l'idée derrière tout ça.

Et je suis reparti chez moi en poussant sur les pédales. Et cette fois-ci, je suis passé de l'autre côté des montagnes.  Là, où il faut monter et descendre sans cesse...  Belle balade somme toute, j'ai fait la connaissance d'un chiropraticien qui faisait du vélo à travers un magnifique paysage.  Il aurait des arbres à me faire planter sur un terrain de golf...  est-ce que j'aurai le temps de tout faire...

Les montagnes, côté Atlantique

Dorénavant, j'avance une journée à la fois, un coup de pédale devant l'autre...  Je suis arrêté à un vignoble au retour, admirer le paysage, les travailleurs... 

Le vignoble Cape Point

Et ma plus belle rencontre fut je crois, une baleine dans la baie près de Fish Hoek.  Elle me montrait ses nageoires en tournant tranquillement, je suis arrêté l'admirer faire son manège.  Un passant est arrêté...  nous avons parlé...  encore une fois de ce que je faisais aussi...  et des baleines bien sûr...  Bientôt, une voiture s'est arrêtée...  15 minutes après il y avait des voitures partout dans la rue qui se garaient pour voir ce mammifère...   décidément, ici le vendredi soir les gens sont dans la rue pour voir les baleines...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 18 août 2017