Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

6 août 2013

Je n'ai certainement pas arrêté ici pour rien.

Je n'ai certainement pas arrêté ici pour rien.

Je devais apprendre certaines choses.

Il y a de belles montagnes tout autour.  J'en ai profité pour faire du vélo, explorer!  Une fois rendu en haut des montagnes la vue est imprenable!  Mais juste en voyant ces souches d'arbres qui semblent avoir été brûlé à la suite de leur coupe, il y avait une forêt par ici.  C'est un spectacle désolant.  L'être humain a vraiment été barbare, ne laissant rien sur son passage, qu'un désert.  J'ai de l'ouvrage à faire.  Mais la plupart du terrain est un parc, il ne sera pas possible d'y planter je crois.  Mais peut-être quelques habitants voudraient bien sur leur terrain...

Alors, j'ai continué mon chemin vers le Cap de Bonne Espérance tranquillement.  Sur la route, j'y ai trouvé l'endroit où l'on cache les gens pauvre, à l'abri des regards de l'autre côté des montagnes...  Un vrai bidon ville...  L'être humain n'est décidément pas prêt à admettre ce qu'il a créé, la pauvreté et la désertification.  On les tient loin des regards touristiques... 

J'ai continué mon chemin.  On m'avait dit qu'il y avait une pépinière un peu plus loin.  Je l'ai trouvé!  Sur le chemin, j'ai vu un artiste, il sculpte toute sorte de matériau.  Du bois, de la pierre, de l'ivoire...  Il doit y avoir des centaines de pièces dans la cours.  Des girafes, des singes, des masques, des éléphants...  De différentes tailles...  En espérant que ce ne soit pas là, les dernières reliques des animaux...

En continuant plus loin, j'avais presque terminé le tour de ces montagnes.  J'ai croisé, imaginez-vous dont, un groupe de babouins.  Ils sont semble-t-il 21 dans le groupes.  Depuis quelques kilomètres, il y avait des pancartes Attention aux babouins!  Mais au début, je ne croyais pas au sérieux de celles-ci.  Mais oui!  Il y a des babouins dans le coin.  Et le problème, ce sont les automobilistes, ils roulent trop vite...  Ils les tuent...  Ils n'ont plus de forêt et l'être humain se croit seul au monde, alors il conduit vite.  Pour essayer de contrer l'anéantissement des babouins, ils ont créés la patrouille de babouins.  Et oui, des gens passent leurs journées à surveiller les babouins pour ne pas qu'ils se fassent frapper par les voitures...  C'est tu assez fort à votre goût ça...  Il y en a un dans le groupe qui s'est fait électrocuter la main, il l'a perdue.  Je ne sais pas s'ils l'ont opérer pour ça, mais il fonctionne sans sa main.  Il n'avance pas aussi vite que les autres par contre.  On peut tu arrêter de dire que l'électricité c'est écologique...  C'est probablement moins pire que le pétrole, mais ça brise quand même l'environnement.

L'environnement, ce n'est pas juste une question de recyclage...  C'est aussi et surtout d'ailleurs, une question de ressource limitée.  Nous nous gavons dans l'abondance d'une planète infinie...  Du moins, que nous avons imaginé infinie... 

Je n'avais jamais vu un sous-marin en vrai.  Depuis hier soir, il y en a un à 200 mètres de moi.  C'est quand même un peu spécial.  J'espère que je ne suis la cible...

Si nous avons réellement produit autant de richesse que notre économie le suggère...  Pourrais-je comprendre pourquoi les richesses ont été mises à sec à certains endroits de la planète...  Tout ça pour que nous puissions profiter de la vie d'une manière éphémère...  Sans tenir compte le moindrement de la qualité de vie des habitants locaux...

Il faut apprendre à cultiver notre unique jardin de vie, la planète terre.  C'est quoi cette idée que certains ont, de penser aller vivre sur une autre planète?!  Encore une idée d'élitisme...  Comme si certaines personnes se méritaient de vivre plutôt que certaines autres...  je suis complètement outrer parfois de l'humanité...  L'élite existe à cause de la population...  Travailler pour elle et non pas pour son nombril...  plaisir éphémère...

Aujourd'hui, il pleut...

J'ai de la difficulté à dormir...  J'ai fait mon plan de route pour le retour à la maison...  Je boue par en dedans...  7300 miles nautiques à faire pour Halifax si jamais je me décide...  Mon but n'était pas de me péter la gueule...  faire les choses avec conscience...   Ça n'empêche pas que ça boue par en dedans...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 18 août 2017