Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

1 août 2013

Me mettre à jour, les pieds sur terre...

Me mettre à jour, les pieds sur terre...

Il fut difficile de trouver le vrai sommeil profond lors de notre première nuit amarrée...  Après autant de jour en mer à dormir à peu près comme ça vient, il était bien évident que le corps restait marqué.  Je n'ai dormi que quelques heures  la nuit où nous sommes arrivés, la nuit de lundi.  La nuit où nous sommes arrivés.

C'était parfait pour moi, mardi je me suis levé très tôt et j'ai eu le temps d'essayer de planifier mes priorités.  Rien ne se passe comme on peut l'imaginer.  Bien sûr, je devais commencer par me déclarer au yacht club.  Bonjour c'est moi, a french canadien, I'm arriving from Brasil, 47 days of navigation...  Ensuite, je voulais me déclarer aux autorités responsables dans la même journée.  La première chose que je me fais dire...  You must bring your boat to Cape Town, the law changed few months ago and the only port of entrance is Cape Town... Je fais un pas par en arrière...  je suis vraiment fatigué et je n'ai vraiment pas envie, il n'y a plus de vent et tout le tra la la...  wo...  alors de m'expliquer...  les conditions météo étaient difficile...  la grosse mer... quelques bris... le moteur is not very good... 

J'ai été vraiment chanceux encore une fois!  Le gérant a téléphoné au bureau d'immigration et m'a organisé mon entrée au pays à la bonne franquette!   Bien sûr, il m'a remis un plan de la ville et les indications pour aller directement aux bureaux d'immigration et aussi celui des douanes.  Pourrais-je savoir quelle heure il et présentement? Question d'essayer d'être en même temps que tout le monde...  Ok d'accord...   Merci!  Finalement, il est 6h plus tard qu'au Québec.  De toute manière je ne sens pas le décalage horaire.  Il me faut assez de temps pour voyager que mon corps suit le soleil, il ne suit pas le temps...  Pour lui, le temps c'est le soleil!

Le temps passait et j'ai réalisé que je n'avais pas le temps d'aller en ville rendu à cette heure.  J'ai décidé de prendre un bon déjeuner!  Que c'était bon!!  Depuis le temps...  J'ai eu le temps aussi de rencontrer le responsable des emplacements.  En arrivant la nuit, j'ai pris la première du bord, et par hasard je me suis placé sur la bouée réservée pour les urgences.  C'était parfait, ça commençait à être urgent que je m'amarre quelque part!  Il essaiera de m'en trouver une autre d'ici peu. Mais je peux y rester pour la prochaine semaine.  C'est une bonne chose.  J'aime bien un peu de stabilité et prendre le temps de me poser un peu.  J'espère avoir le temps de faire les réparations nécessaire avant de reprendre la mer.

En après-midi, après avoir rencontré les principaux du yacht club, j'ai eu le temps d'aller faire le tour de la ville de Simonstown.  Je voulais me renseigner pour le train qui se rend à Cape Town.  En même temps, je me suis arrêté dans différentes boutiques.  Les gens sont vraiment sympathiques.  Et surtout que j'aime bien prendre le temps de saluer un peu tout le monde comme ça dans la rue...  Bienvenue en Afrique mon vieux...  Jusqu'à maintenant, c'est partout pareil.  Blanc, noir...  ils sont tous sympathiques...  Mais j'avoue que dans la rue comme ça, les noirs sont imbattables...  Ils ont une énergie d'ouverture aux autres incroyable...  mais j'ai eu autant de discussions avec des blancs qu'avec des noirs.  Peu importe, l'accueil en Afrique du sud est exceptionnel!  J'ai passé un après-midi incroyable!  Je devais retourner prendre le dernier taxi pour mon voilier qui est à 16h. 

Est-ce que j'ai besoin de vous raconter ma première douche depuis le Brésil??  Non !  Tant mieux!  Mais de l'eau courante c'est vraiment extraordinaire!!  Chaude en plus!!  Wou hou!!  Ce n'est pas une raison pour l'utiliser plus que le temps qu'il faut, 5 minutes!  Merci!!  Je n'ai pas fait de vieux os ce soir-là...  J'étais complètement brûlé.   Le soleil ne se couche pas plus tard que 18h, c'est l'hiver actuellement ici.  Je me suis couché presqu'à la même heure.

Mercredi matin, je n'ai pas réussi à me lever aussi tôt que je voulais.  J'ai dû dire au taxi qui venait me chercher à 8h, de revenir à 9h.  Je n'avais pas eu le temps de me préparer comme il faut.  La mission de la journée était d'aller faire mon entrée au pays à Cape Town en train.  Et j'amenais mon vélo pour me faciliter la tâche en ville.  Par chance, parce que le bureau d'immigration avait changé d'emplacement deux fois durant la dernière année.  J'ai donc fait la ville au complet deux fois...  Et enfin, une madame vraiment patiente a pris le temps de faire des appels téléphonique afin de mettre le doigt sur la vraie adresse du bureau.  J'étais sur le bord de virer fou!  À travers tout ça, j'ai eu le temps de trouver un réparateur d'ordinateur, je lui ai laissé le mien.  Son plongeon offerte par la fameuse vague lui a valu un nouveau disque dur...  Je l'aurai en début de semaine prochaine.   Merci!!  Et j'ai aussi trouvé une épicerie digne de ce nom.  J'ai rempli tous les sacs que je pouvais...

Pas besoin de vous dire que j'ai bien mangé cette soirée-là!  De la salade, des champignons, des carottes...   Wow!  C'est bon bien mangé...  merci beaucoup... 

J'étais donc vraiment en forme jeudi matin, le corps plein de bonnes vitamines.  Mais, je ne pensais pas aller bien loin.  Je voulais trouver la personne pour réparer mes voiles.  En matinée, j'avais préparé mes voiles.  En après-midi, j'ai trouvé le numéro de la compagnie, je leur ai téléphoné.  Ils étaient déjà en chemin pour le yacht club où je suis!  Excellent ça, je leur ai donc largué mes deux voiles.  Mon yankee a sérieusement été endommagé.  Il faut le renforcir.  Et un de ses mousquetons s'est pris dans mon génois sur enrouleur, ce qui a brisé ce dernier.  Et c'est pour cette raison que je ne pouvais plus affaler mon yankee l'autre jour...  Tout s'explique, il faudra que je trouve une méthode pour ne plus que ça arrive, j'ai déjà une petite idée.

Durant la même journée, j'ai aussi  trouvé le soudeur qui me fera un cadrage pour ma porte de descente.  Je me suis fait une porte en plexiglass pour pouvoir voir au travers ce qui se passe dehors.  Je voulais faire un cadre en aluminium, mais ça n'a pas eu lieu finalement.  Mais je me suis rendu compte qu'il faut absolument un cadrage, sinon le plexi est flexible et laisse rentrer la vague...  Il faut une porte étanche.  J'aimerais garder mon lit au sec cette-fois-ci.  C'est bien beau se donner de la misère, mais quand on peut faire autrement.  Disons que mes quelques nuits à dormir avec mes salopettes dans mes sacs de couchages m'ont convaincus...  si vous voyez ce que je veux dire...  et je ne parle pas de la première nuit après cette fameuse vague, vendredi soir dernier.  J'avais réussi à réchauffer mon lit mouillé flambant nu...  pour dormir somme toute une grosse heure...  Pourrais-je s'il vous plait réussir à garder mon lit sec la prochaine fois... 

En fait, presque tous les services sont directement au yacht club.  Dans le stationnement du club, il y a un vendeur d'accastillage, un spécialiste de l'acier, un pour le bois, fibre de verre, un mécanicien, un spécialiste de l'acier inoxydable et aluminium...  presque pas besoin de sortir...   En fin de journée, j'avais plus avancé que je ne l'avais espérer.

Vendredi matin, je veux aller au ponton.  Faire le plein d'eau, mais aussi rincer tout mon matériel ainsi que mes vêtements de navigation et laver mon lit pour enlever un peu de sel... Simonstown se trouve dans une superbe baie avec un panorama extraordinaire.  Semble-t-il qu'il y a même un paquet de requin blanc qui rode dans le coin...  Et aussi des babouins...  Il faut faire attention lorsque l'on veut nager par ici...  comme pour nettoyer notre coque...  et dans les montagnes, les babouins vont vouloir fouiller notre sac si nous avons de la nourriture...  comique, j'ai hâte de voir ça!

J'ai eu une idée d'ailleurs...  Tant qu'à arrêter ici, aussi bien en profiter...  surprise!

Le plus délirant dans cette baie-là...  L'armée fait des tirs d'essai!!

Les changements climatiques auraient pour effet par ici, d'abaisser la quantité d'eau potable disponible.  Je n'ai pas eu le temps de valider l'information mais ce serait effectivement un effet possible.  Il y aurait moins de pluie, moins d'humidité.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 17 octobre 2017