Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

24 juillet 2013

Une dépression s'en venait!

Une dépression s'en venait!

Ce vent du sud devait tourner...  Mais à quelle heure?  Difficile à dire.  Rapidement, brusquement, lentement...  difficile à dire.  Hier soir, je voulais aller dormir.  Le vent n'était pas beaucoup de la partie.  Son effort avait considérablement diminué.  Exactement comme certains joueurs juste avant qu'il y a un changement.  Nous avancions à 2 noeuds.  J'attendais donc un peu avant de me mettre au lit.  Je gardais toujours un ris dans la grand-voile.  Je sentais que c'était pour bientôt.  Quelques trente minutes plus tard, le vent redonnait signe de vigueur...  Du même coup, il commençait à tourner plus à l'ouest.  Mais je savais que le vrai changement ne serait pas avant les petites heures du matin.  Mais tout de même, j'ai pris un autre ris afin de m'assurer de dormir un bon bout de temps.  Nous faisions une bonne vitesse de 4.5 noeuds avec le cap désiré de 90 degré.  Tout en sachant qu'en se réveillant tout aurait changé... Vers minuit, notre nerf sensitif fait son travail!  Je regarde le compas, il adonne dans ma chambre.  Je suis tout mêlé...  je suis habitué d'être sur un cap compas d'environ 300, (ce, à l'envers) ce qui donne 120 degré mais avec une déclinaison magnétique d'environ 25degré ouest,  ce qui fait grossièrement un cap vrai de 95.  Certaines journées je navigue vers 95, d'autre vers 90, 85...  Tout ça un peu variable.  Il est quasi impossible d'avoir une route exacte, à moins d'avoir un pilote automatique électrique probablement.  Mais en regardant sur mon compas, je vois 0 degré, ce n'est pas très loin  de 300, je sais, mais sur le coup, je crois qu'on s'en va au nord! Il faut absolument que je me lève pour régler la question.

Je ne me souviens plus si j'ai pris le temps de m'habiller, mais il me semble que non.  Je suis encore confus de la situation.  Une fois à l'extérieur, le vent a changé de cap et il a forci!  Je suis plus qu'heureux de ne pas devoir aller sur le pont pour prendre un ris, je l'avais pris il y a quelques heures!  Je dois empanner par contre, notre cap est 180.  Alors, j'empanne et je reprends le cap convenable. 

Mais de plus en plus que je pense à mon affaire... Je me demande bien pourquoi je descendrais plus au sud?!  Selon les guides de route, le chemin à prendre se situe au 40e parallèle.  Les vieux loups de mer vont vous dire la même chose.  Mais je regarde les fichiers météo et il y a un du bon vent ici, à cette latitude.  Je suis au 36 degrés 36 minutes sud.  Pourquoi je descendrais plus bas.  Qu'est-ce que ça va me donner de mieux.  Je fais de la vitesse comme je n'en ai jamais fait...  Je ne suis pas obliger de m'en aller dans pire situation.  Je décide même de faire un peu plus de nord, essayer d'avoir un peu moins de vent et donc un peu moins de mer peut-être.  Je roule en moyenne 6.5 noeuds, avec Loréline.  Trouver l'erreur?!  Je ne lui ai pas ciré la coque, je l'ai bien brossé juste avant de partir, oui...  Je vois des pointes de vitesse régulièrement à 7.4 et j'en vois passer par-ci par-là des 8.5.

Je suis donc retourné me coucher en sachant que le gros du vent n'arriverait pas avant quelques heures encore.  J'ai donc bien dormi.  Et je me suis réveillé lentement.  Le soleil était déjà levé.  Je ne suis pas sorti sur le pont tout de suite.  Le vent n'était pas si féroce encore.  J'ai pris le temps de manger et prendre un café.  Contrairement à l'habitude, je sors sur le pont avant toute chose pour m'assurer que tout va bien.  Mais cette fois-ci, je sentais bien les choses comme ça.  Quelques heures après, je me suis habillé avec mes poches en minou, je leur laisse encore des petites chances.  La vitesse était excellente, j'ai tout de même pris mon dernier ris sachant très bien le temps qui s'en venait.  Et j'ai essayé de prendre des images.  Mais elles ne sont pas représentatives du spectacle qui s'offrait à mes yeux... Le vent vient du Nord-Ouest et la vague de fond toujours plus du sud-ouest.  Je crois que c'est normal, le vent est dominant d'ouest.  Ça nous faisait une de ces belles mers croisée...  de toute beauté!  Pas trop violente, elle faisait son travail juste bien.  Je me suis fait poivrer juste comme il faut!!  Les vagues semblaient avoir trois mètres environ.  La force du vent ne semble pas avoir monté plus de 20-25 noeuds finalement.  Il me semble qu'il annonçait 30...  Je continue à me diriger un peu vers le nord...  je fuis le centre dépressionnaire.

Mais dans la nuit de mercredi à jeudi...  Il a soufflé beaucoup!  Au moins 30 noeuds.  À mon avis des rafales de 35...  J'étais vraiment heureux d'avoir affalé toute la grand-voile par prévention.  L'atmosphère avait complètement changé, la violence du temps se ressentait.  En sortant le nez dehors, tout était clair...  Ou plutôt très sombre...  La mer était vraiment très forte et les vagues croisées.  Vous vous demandez ce que ça fait des vagues croisées?  Mettez-vous la tête dans la machine à laver le linge 24 h...  Vous allez comprendre, ça donne un coup à gauche, un coup à droite, un coup à gauche, un coup à droite...  On se fait brasser la cage...

Durant la journée de jeudi, la mer croisée semble s'être atténuée...  Comme si les vagues se seraient épousées légèrement.   La navigation est moins dure.  Bien sûr, le vent a aussi diminué.  Il y a quelques  éclaircies dans le ciel durant la journée...  Les oiseaux se promènent tout le tour un peu.  J'ai encore le temps de faire un peu de couture sur mes pantalons cette fois-ci.  Je n'arrête vraiment pas, c'est un passe-temps...  Comme la lecture, je lis beaucoup aussi.  Mais je ne passe presque plus de temps dehors.  J'ai déjà rentré beaucoup d'humidité à l'intérieur, j'essaie donc de ne pas faire par exprès.  La vague qui arrive par en arrière a tôt fait de me mouiller si je reste dehors que quelques minutes de trop. 

En après-midi, on sent le climat devient plus intense.  Le gros vent s'en vient.  C'est la ligne de cisaillement entre la dépression qui nous dépasse et l'anticyclone qui s'en vient...  entre les deux, c'est là que ça se passe...  Les prévisions sont d'environ 35 noeuds de vent. 

Nous avons fait une journée de 135 miles nautique hier.  Je me laisse jusqu'à dimanche pour prendre la décision si je fais un arrêt en Afrique du sud ou si je continue...  L'anticyclone semble vouloir nous prendre de cours pour nous couper le vent... Les éclaircies sont rares ces jours-ci...  mais la lune semble pleine...  nous avons réussi à la voir hier à travers les nuages...  elle est trop belle!  La nature est belle...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 22 novembre 2017