Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

3 juillet 2013

La nuit passée,

La nuit passée,

j'avais l'honneur de continuer ma route sous spi.  La nuit était vraiment très belle, pleine d'étoiles!  J'ai remarqué qu'il y avait deux planètes dans le ciel.  Bien sûr, Vénus qui disparaissait à la même vitesse que le soleil, à l'ouest.  Et il y en avait une autre au sud.  Je ne peux être sûr de celle que j'admirais, mais après mûre réflexion, ce devait être Jupiter ou Saturne.  Mais celle-ci, est restée une bonne partie de la nuit, sinon toute la nuit durant.  En examinant cette planète, son scintillement...  je vis une superbe étoile filante passée tout près d'elle...  lentement, elle entrait dans l'atmosphère pour se consumer, elle dura un bon quatre secondes en fendant le ciel de son feu modéré...  Toute douce était-elle...

La nuit avançait et le vent semblait vouloir nous faire fausse route.  Le spi commençait à embrasser le mât de temps à autre...  Nous avons dû l'affaler finalement.  

Une baleine est venue nous salué entre temps.  De cette façon, je suis allé au lit.  Loréline se faisait balloté d'un côté comme de l'autre...   je m'assoupissais...   jusqu'à ce que...  je me  lève quelques  heures plus tard afin de vérifier si le vent n'avait pas changé d'avis...  Le nez dehors...  je devais réaliser que le temps n'avait pas changé!  En urinant à la mer...  j'apercevais du phytoplancton!  Et quoi?  Le bruit d'une baleine...?!  Je me retournai, mais rien à l'horizon...  Mais je prêtais l'oreille attentive...  et les yeux fixés sur l'horizon plutôt sombre...  Mais rien...  J'ai fait le mouvement de retourner me coucher...  mais en descendant, une autre baleine venait de refaire surface...  je devais ressortir pour scruter cet horizon...  et après deux minutes, la baleine se ressortait le dos en travers du bateau à l'arrière...  je l'aperçue, elle venait voir...  ce qui se passait ici!  Elle ressortie ensuite de façon parallèle à Loréline.  Pour ensuite replonger sans jamais ne refaire plus surface dans les parages.  Probablement déçue par le manque de sociabilité de Loréline...

Je retournai au lit.

Vers 2h30, le vent me leva du lit, une légère brise encore, mais toujours mieux que rien.  Cette fois-ci, elle était de l'est-n-e.  Je n'avais pas ma drisse de spi pour cette amure.  Pas d'autre choix que de faire avec mon génois et la grand-voile.  To9ujours mieux avancé à 1 nœuds que rien du tout.  Je retournai me coucher.

Comme habituellement, mes yeux s'ouvrent avant que le soleil ne voit cette partie de la terre.  Me levant ainsi, tout de suite j'étais sur la mission drisse de spi afin de le hisser.  J'enfilai mon harnais de sécurité, habillé d'un pantalon long, ça faisait changement.  Je montai au mât avec tout ce qu'il fallait pour installer ce cordage.  15 minutes plus tard, le tour était joué.  Je m'organisais pour hisser au plus vite.  Ses écoutes, balancines, tangon, hale-bas...  et hop dans les airs!  Nous gagnions 1.5 nœuds de vitesse d'un coup!  3.0 nœuds de vitesse

Le vent augmentait un peu durant la matinée, mais restait variable...  nous avons atteint 4.0 nœuds...  mais parfois ça redescendait...

Juste avant le coucher du soleil, le vent devenait bon pour faire du près...  J'examinais la route de près avec mes nouveaux fichiers météo étendus sur une semaine.  Après un examen plus approfondi que jamais depuis mon départ, je me suis rendu compte que j'avais de toute manière une zone où les hautes pressions semblent passées de toute façon.  Je dois passer cette zone à un moment donné.  Si je la passe en diagonale...  j'y serai pris une demi-journée de plus...  Mais je sauverai 300 miles... 

Je commençais à trouver que j'avais l'air fou pas mal de vouloir descendre à tout prix au sud directement...  Bon oui le courant du sud...  faut que j'y pense aussi...  J'espère qu'il ne sera pas trop fort...  Je me suis donc fait un autre point se situant sur le 40e parallèle.  Je l'ai appelé le NouSud pour le Nouveau Sud.  Je suis tellement rendu avec des points sur ce 40e degré de latitude que je ne sais plus  comment les appelé...   C'était parfait pour moi, je pouvais maintenant faire un nouveau cap de 132!!  Wow!!  Et s'il le fallait, je peux tirer des bords...  de toute façon, ça fait partie de la game...  nouveau cap, nouvelle route... nouvelle attitude, nouvelle perspective, nouveau sourire aux lèvres, il ne me reste que 8568 miles nautiques à faire après avoir fait 912 miles nautiques en 17 jours environ...

Faut voir le positif des choses, je partais avec un mât nouvellement installé, nouveau gréement, nouvelle ajustement...  j'ai dû arrêter pour vérifier le tout après avoir recasser la pièce qui m'avait fait démâter...  que j'ai rechangé en pleine mer...  je trouve qu'on avance moi!!  Sous spi, sous foc tempête, toute voile dehors, au yankee...  sous toutes les allures possibles... 

Par en avant s'il vous plait!

Si jamais je réussis à envoyer la photo, je voulais vous montrer l'Île de Trinidad vue du sud...

Me semblait bien que les dinosaures étaient pas mort, ils font juste se reposer...  debout Dino!



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 juin 2017