Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

28 juin 2013

Une chose à la fois

Une chose à la fois

Je croyais arriver à l'ancre de cette île le 24 juin.  Mais le vent n'a pas été coopératif du tout.  Certains jours, je tirais des bords tandis que d'autres, le vent me faisait défaut.  On le sait bien en navigation, on ne sait jamais lorsqu'on arrive à destination.  Mais là...  J'arrivais près des côtes mercredi matin le 26 finalement.  Le vent était du sud-est et devait tourner ver s l'est plus ou moins durant la journée.  Depuis le temps que j'avais appris à m'ancrer sous le vent de l'île, je devais éviter  d'être au vent...  J'avais remarqué un petit endroit possible pour l'ancrage au N-O donc.  Je me disais, je me suis ancré à des places probablement bien pire sur le fleuve...  Ouf!  Sur la carte l'endroit paraissait bien protéger, mais une fois rendu...  L'espace était très petit et de plus la mer contournait l'île des deux côtés en plus!  Les vagues se rejoignant à ce points et soulevaient une mer pas possible!  Et ces berges hostile me foutaient la trouille.  Non, c'était non!  Je ne m'approche pas pour m'ancrer, la décision fut prise assez rapidement.

L'autre alternative était l'ancrage au sud de l'île.  Car il y en avait une deuxième mais visiblement directement exposé au vent actuel.  Celui du sud pouvait peut-être offrir l'abri souhaité.  Alors je me dirigeai vers ce point.  J'avais le vent bien sûr directement dans le pif.  Il n'y avait que 3 miles à faire, il nous a bien fallu tout l'avant-midi.  Et de l'autre côté de l'île...  La mer se formait incroyablement.  Et une fois arriver où le fond monte vers les 250 pieds...  C'était vraiment impressionnant.  La mer s'engouffrait au complet dans la baie où l'ancrage au sud possible...  Il fallait  voir Loréline soulevé par cette vague de 3m...  C'était un peu essoufflant....

Oups, je me suis couché dans mon lits simple en écrivant pour ne pas avoir du soleil, je faisais cap au sud bâbord amure.  Mon lit est sur bâbord.  Contre gîte et oups, mise à la cap par inadvertance, faut que j'aille finir ce virement de bord...  Avant, j'avançais pénard, presque pas de toile.  Je ne voulais pas faire trop de chemin pour rien, parce que je reviens dans la nuit.  Et la mer est tranquille mais la vague et mon contrepoids en plus a fait faire une  contre-gîte!  Il faut que je sorte dehors pour finir mon virement le bord, je ne veux pas trop dériver pour ne pas me retrouver à l'ouest de l'île.  Mais après la manoeuvre, je dérive tout de même directement vers l'île, nous n'avons pas assez de vitesse, je suis pris pour larguer mon dernier ris afin de prendre plus de vitesse et moins dériver...  Bon encore du boulot!  Et voilà je suis reparti vers le nord... à 3.0 noeuds...  en espérant éviter l'île, mais cette fois-ci, je peux m'asseoir en dessous de mon dodger alors ainsi je vois où je vais!  Sinon, parfois lorsque je suis fatigué, je me couche quand même dans mon lit, parfois...  parce que des fois je dors dehors...  et avec mon gps je vois mon cap réel directement à l'écran.

Revenons à nos moutons, après avoir vu la vague et le vent qui rentrait dans la baie, je renonçai à m'y ancrer.  Je devais retourner vers le large pour réfléchir.  C'était inimaginable pour moi de revenir sur le continent, mais pourtant ceci restait et reste une option possible.  Je devais donc me faire à l'idée.  Je suis à 600 miles de la ville la plus proche et à cet endroit sur la côte, il n'y a plus de courant qui remonte vers le nord!  Mais c'est vraiment la dernière option.  Mais toutes les options devaient être mises sur la table.  Je regardais alors les fichiers météo que j'avais...  Mmmh!!!  Le vent est train de tourner tranquillement vers le nord...  J'ai donc fait la demande des fichiers grib pour les deux prochains jours à toutes les 6h.  Effectivement, le vent devenait plus stable à l'est jeudi le 27 et vendredi...  wow!  Le vent devrait être du Nord.  Ma décision se dessinait lentement dans ma tête.  J'avais l'intention de rester au large pour la nuit du 26 au 27.  Retourner voir dans la baie si la mer est plus clémente pour l'ancrage jeudi matin.  Et si jamais je n'ai pas un bon sentiment cette fois-là.  Je devrai retourner en mer pour une autre nuit.  Et là, si tous les éléments sont alignés, je devrais être bon pour m'ancrer vendredi matin le 28.

Durant la nuit de mercredi le 26, j'ai commencé par tiré des bords, je me suis mis à la cap environ 3 heures pour dormir un peu et je me suis réveillé pour tirer d'autre bords afin de récupérer un peu de ma dérive, j'étais à l'est de l'île depuis la veille et je faisais attention de ne pas trop dormir pour éviter le pire.  J'avais tellement eu de la misère à passer au sud de l'île à contre vent que je ne voulais pas revenir en arrière.  Je restais donc à l'est, entre l'île de Martin Vaz et l'île de Trinidad!

J'avais fait des points  gps pour chacun afin de ne pas trop en approcher.  Le  matin en me levant, le matin disons plutôt vers 3h heure locale, je m'aperçut que j'étais au milieu des deux îles plus au Nord.  J'ai fait attention pour rester au nord afin de facilité ma journée suivante.  Le courant normalement descend vers les sud.  Et je ne voulais pas rester directement entre les îles, si je m'endors trop longtemps je pourrais m'y échouer. 

Le vent avait considérablement diminué et j'avais l'impression qu'il venait plus de l'est un peu.

Je suis donc retourné pour vérifier la possibilité d'y ancrer.  Tranquillement, je m'approchais en faisant un grand détour par le sud, je garde normalement pas mal de distance avec la côte jusqu'à ce que je vois la baie et je coupe sur elle.  J'avançais encore lentement à 3.0 noeuds environ.  Je restais le plus à l'est de la baie pour me garder une marge de manoeuvre pour retourner sur mon chemin si la place ne fait pas mon affaire.  La mer était moins formée que la journée précédente.  Mais parfois il y avait une vague de 2m qui venait nous soulever.  Celle-là je l'aimais moins.  Alors je jetais une paire de jumelle vers la côte et j'y apercevais les vagues montées sur les récifs...  Décidément, la mer s'engouffrait encore passablement à mon goût.  Cette fois-ci par contre j'ai atteint l'emplacement d'ancrage, il restait 100 pieds d'eau en dessous.  Mais je ne me sentais pas encore assez bien avec ces conditions, la vague et le vent s'engouffraient toujours dans la mauvaise direction pour que je sois tranquille d'aller voir plus loin.

Et je me suis dit, je ne suis pas à une journée près.  La mer est belle!  Je suis donc retourné tirer quelques bords avec ces albatros par centaines.  Demain matin, vendredi le vent sera au nord à 12h00 UTC.  C'est pour ça que j'aurais aimé y passer la nuit!  À moins que j'y retourne cet après-midi.  Suffis les questions...

Mais à bien la regarder, elle est vraiment belle cette île.  Elle est très verdoyante du côté nord où se trouve d'ailleurs les seuls bâtiments que j'ai observés.   Il y en a trois ou quatre avec on dirait deux phares.  Il y a peut-être quelques maisons que j'entrevois entre les arbres aux pieds de la falaise sur le bord de l'eau.  On peut voir un restant de volcan érodé par la mer à l'extrême S-E.  C'est vraiment beau à voir c'est la seul roche sédimentaire de l'île à première vue, le reste étant des poussées de lave et leurs coulées.  Ces dernières ont été recouvertes d'un tapis vert... avec des arbres parsemés...  Il y a toutefois un plateau en hauteur au centre de l'île où il y a aussi des arbres. 

Je me demande ce que c'est d'habiter comme ça, sur île avec un seul petit village.  Très difficile d'y accéder.  Il me semble ne pas y avoir d'installation portuaire du moins sur la carte, à moins que ça ait changé depuis.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 17 août 2017