Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

24 juin 2013

Bonne St-Jean... québécois (ses)

Je n'ai pas de verre à lever, mais je le lèverais à l'humanité!!

Qu'est-ce que l'humanité?!  C'est une bonne question... 

Par ici, la mer est devenue plus clémente.  La route est plus facile à tailler pour ma bonne Loréline.  Nous avons réussi à faire plus de 100 miles hier!!  Houhou!  Il n'en reste pas beaucoup pour  arriver à notre île de vérification, dimanche soir il en restait 130 miles.  Nous devrions être bons pour s'ancrer mardi matin.  J'espère être capable de faire mes vérifications, ajustement durant la journée.  Ensuite, si tout va bien j'attends le vent qui devrait tournera à l'est mercredi le 26....  Et hop!  Départ  vers le sud.

Si j'ai bien compris, j'ai eu la nouvelle qu'une de mes tantes est décédée la semaine dernière.  Je voulais souhaiter mes sympathies à mes cousins, Samuel et Maxime, et ses frères et sœurs...  Encore une fois, ça nous rapproche de la mort...

Ma tante avait réussi à être bien qu'elle me disait parfois au téléphone.  Surtout lorsqu'elle allait passer du temps dans son chalet dans le bois, seule, tranquille avec la nature autour d'elle...  la paix...

J'espère ne pas l'avoir insulté le jour où je lui ai dit que c'est bien de trouver le paix seule, je peux comprendre...  je la trouve en mer aussi...  mais le mieux serait de la trouver à travers les autres, avec les autres... 

Qu'est-ce que l'être humain, avant tout un être qui s'est développé en collectivité, à l'aide du groupe...  Bon il y a eu l'évolution, si on peut l'appeler ainsi.  Cette dernière crée des changements.  Les facteurs sont multiples et long à expliquer, mais ce qui était une société, une collectivité, est devenue un milieu de compétition.  Au lieu de continuer à s'entre aider, certains se sont cru plus...  j'ai de la difficulté à mettre des mots car je ne veux pas juger ces gens-là...  Parce qui est arrivé n'est pas seulement à cause des individus composant ce système social, mais aussi à cause du groupe. 

Par exemple, si j'étais né dans une famille riche.  Probablement que je serais un homme d'affaire aujourd'hui très riche aussi.  Mais je suis né d'une famille qui donnait beaucoup de temps à la communauté.

Le groupe a donc créé un peu inconsciemment cette compétition à savoir qui aura la plus grosse part du gâteau.  Certains groupes ont été littéralement exclus de la course, l'Afrique par exemple.  Et certains individus d'autres groupes ont été mis de côté pour d'autres raisons.  Et le plus utopique dans tout ça c'est que ceux qui ont réussis...  entre guillemet!  Ils ont oubliés que l'on faisait ça pour la communauté, pour le développement de l'humanité.  Comme si leur réussite dépendait seulement d'eux même.  De l'individualiste à son paroxysme.

Je n'ai rien contre les psychologues qui disent, il faut être bien soi-même...  Mais il  ne faut surtout pas oublier le complément de la phrase, et avec les autres.  Parce que rien n'est dû à un seul et même individu.  C'est en groupe que nous nous sommes développés.

Garder à l'esprit que l'évolution n'est pas rectiligne.  D'où ma théorie dont je vous ai déjà parlé, celle du mouvement hélicoïdale de la vie. Le beau temps après la pluie, mais le temps suivant est semblable mais jamais identique, il s'est déplacé dans le temps.  L'évolution est inéluctable.  Même si parfois, on a l'impression que l'on ne bouge pas. 

Maintenant, ma tante peut reposer en paix...  Salutations Lise... 

Et moi je n'ai pas dit mon dernier mot...

Vous avez vu cette bête!  Elle s'est offerte à moi pour que je puisse continuer mon chemin...

C'est pas beau la vie!?

 J'ai fait bien des farces avec ce thon.  Mais je ne remets pas ma ligne à l'eau tant que je n'ai pas terminé de le manger au complet, je lui rends hommage à toute les fois qu'il me nourrit. 

Dire qu'il y a des gens qui mangent du ris et du poisson à tous les jours, d'autres qui n'ont même pas de poisson pour accompagner le ris.  Et d'autres qui se vautrent dans l'excès de nourriture et de toutes sortent de choses...  L'excès...  faut aire attention à l'excès...  Je suis convaincu que tout le monde pourrait être très bien.  La nature continuerait son chemin comme elle se doit...

Mais actuellement c'est le moi, moi, moi... qui l'emporte... 

Le retour des choses se fera, qu'on le veuille ou pas, d'une manière ou d'une autre...

J'ai confiance...

Merci d'être là...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 20 août 2017