Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

19 juin 2013

Superbe navigation!

Superbe navigation!

Vous ne me croirez pas si je vous dis que hier soir je me suis fait un spaghetti  avec une sauce au thon.  J'ai mangé les restants ce matin.  Pour dîner, du thon poêlé avec des petites patates.  Et lorsque j'ai une fringale entre les repas, je pioche dans mon stock de thon salé, lui c'est le meilleur!

J'ai l'impression qu'à la latitude où j'ai commencé à descendre en fin de semaine, il y avait une zone de perturbation.   Il y avait des grains localisés.  On les voyait venir de loin, des lignes grains.  De gros nuages noirs en lignes, au loin on y voyait la pluie descendre du ciel.  Comme un rideau qui cache la prochaine scène à venir, un voile mi-dense, un peu brumeux,  mystérieux.  À certains endroit, il y avait des percés de soleil, des trous dans les nuages, d'où la lumière sortait intensément.   Tout d'un coup, à travers ces ténèbres la lumière déchirait ce voile.  Quelle cérémonie!  Et pour couronner le tout, le ciel dressait des ponts multicolores entre lui et la mer.  J'avais l'occasion d'en voir quelque uns par jour...

Tandis que Loréline taillait sa route décidément décidée à connaitre les mers du sud.  La mer coulant sous sa bedaine n'était pas si aisée.  Sa bedaine que j'avais bien pris le temps de brosser 24h avant notre départ, quelques heures de plongée nécessaire afin de s'assurer une bonne glisse et de dégager le loc.

Plutôt coupée courte, pas très haute, un mètre environ, mais saccadée avec ses vagues assez rapprochées.  Le vent ne nous était pas favorable.  Plutôt irrégulier, nous passions du vent de travers au près bon plein assez rapidement.  Il aurait fallu que je passe la journée à ajuster les voiles.  Donc la vitesse n'était pas fameuse, sans compter ses vagues venant se brisées sur la coque d'un coup, bang!  Parfois Loréline passait de 5 nœuds à 3 nœuds d'un coup de canon, les vagues lui arrivaient presque d'en avant.  Ce n'était pas vraiment dur comme condition, du moins pas pour l'équipage.  Loréline se tapait toute l'ouvrage. 

Et moi qu'est-ce que je faisais pendant ce temps...  Je nous prépare tranquillement pour le sud...

J'ai réparé les connexions de ma lampe frontale.  Une lampe étanche 5m, mais elle commence à avoir du millage pas mal.  Donc je l'ai défait, elle n'était pas prévue pour ça...  il y avait un fils de sectionner finalement.  Je l'ai changé!  Et je l'ai étanchéifié de nouveau...  Pour un certain temps du moins.  J'avais une fuite de diesel.  Je n'avais jamais eu ce problème-là à cet endroit.  J'espère qu'il est réglé.  J'ai aussi cousu ma vieille couverture grise que je traine depuis que je dois avoir 10 ans.  Elle doit être à ses 30 reprises.  Je l'aime et elle fait ce qu'elle a à faire.  Elle n'a pas envie de mourir.  J'avais aussi une infiltration d'eau dans le coffre extérieur.  Tu te souviens Geneviève ce coffre où l'eau a toujours entré.  J'avais surélevé la fibre de verre par l'intérieur, donc l'eau ne rentre plus par là.  Mais actuellement, c'était par un écrou mal calfeutré et dévissé. 

Un voilier ça ne finit jamais de finir, il y a toujours un petit quelque chose à faire mieux.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 17 octobre 2017