Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

18 mai 2013

Patience et longueur de temps...

Valent mieux que force et rage...  Me disaient mes parents!  Je ne les aurai probablement pas assez écoutés.  Mais au moins, j'aurai enregistré ce dicton et je continue à travailler sur ma patience... 

Cette semaine, je me suis enragé intérieurement.  Je confie mon voilier à quelqu'un que je paie.  Je m'informe de temps en temps pour savoir si tout va bien.  Il me répondait qu'il n'y avait pas de soucis.  Et voilà qu'en arrivant, Loréline a été déplacé devant un poteau de ciment à la marina.  Sa lumière de proue cassée.  Il a mis un élastique dans son éolienne, donc les pompes n'ont pas fait leur travail jusqu'au bout, le temps de vider les batteries.  Et oups les planchers flottaient, dont certains avaient craqués...  Sur le coup, je me suis dit :  Il n'y a pas de problème, que des solutions!  Je réussissais à garder le sourire et à rester positif.  Il m'a consolé temporairement en disant que la lumière se trouvait facilement.  Et moi, je me disais que je rechargerais les batteries...

 

Il fallait bien que j'arrive à l'évidence...  C'est un merdier pour trouver la lumière ici...  Pas de problème, je vais la faire venir du chez nous.  Et bien oui, l'internet qui ne fonctionne pas bien depuis que je suis revenu.  Tous les plaisanciers courent après l'accès internet, c'est devenu une vraie  blague.  C'est notre seul moyen de communication et il faut sortir de la marina pour en trouver.  Et lui qui dit...  bah...  il y en avait hier matin...  De mon côté, c'est un peu difficile de commander quoi que ce soit.   Les seules cartes d'appel international se trouvent à l'aéroport de Recife, j'avais déjà fait le tour en novembre dernier.  Je comptais sur l'internet de la marina.  Si au moins j'avais mon mât, je pourrais envoyer des courriels avec ma radio...

J'ai donc beaucoup de difficulté à rejoindre mon fournisseur...  En plus d'avoir perdu mon temps à trouver une lumière et une connexion internet.  Un marin m'a prêté son chargeur  à batterie afin de voir ce que je pouvais bien faire avec les miennes devenue complètement à plat durant l'hiver.  Pour me rendre compte que je devrai les changer, elles ne se chargent plus!   Décidément, j'ai bien fait de mettre mon voilier sous bonne garde et de lui faire confiance.

J'avais donc besoin d'une bonne dose de décrochage.  Alors, vendredi je suis parti en direction de Recife.  Il y a une possibilité pour que l'on plante des arbres avec des jeunes sur une ferme!  Il faut que je focus sur le positif.  Malgré toutes mes simagrées qui n'ont rien avancé cette semaine, j'ai eu le temps d'enlever les coquillages sur la bedaine de Loréline.  C'est mon voisin qui m'a motivé à le faire.  Une bonne soirée, un cousin français m'a aidé à remplir ma bouteille de butane en transvidant une autre.  Et j'ai su que mon voisin direct devait monter en tête de mât vérifier ses lumières, mais il n'aimait pas trop cette opération.  Je me suis donc proposé d'y grimper  le lendemain matin dès 7h30,  juste avant la marée haute où il prévoyait plonger pour vérifier sa coque.  Donc l'opération au mât n'a pris que 20 minutes au plus.   Ensuite, nous avons plongé chacun de son côté.

Quel bonheur de grimper sur un mât! 

Et comme c'est bon de se retrouver dans l'eau à flatter la bedaine de sa petite Loréline.   Les caresses étaient plutôt raides, il y avait des coquillages gros comme la moitié d'un poing.   Au début j'utilisais une brosse pour enlever les algues tranquillement ainsi que quelques petits coquillages...  mais rapidement  j'ai sorti l'artillerie lourde lorsque j'ai vu les bêtes qui s'y étaient logées, un grattoir en métal était nécessaire!  J'ai eu le temps de faire le tour en deux heures!  Moi qui croyais prendre quelques jours pour  l'opération.   Je perds du temps d'un côté et j'en gagne de l'autre... 

Je n'aurais pas le temps de vous raconter toutes les rencontres...  Mais la meilleure...  Un gars d'à peu près mon âge revenant d'un tour du monde d'à peu près 10 ans...  Nous avons été mal pris pour refaire le monde ensemble durant quelques heures...

Je vais décrocher à Recife et je reviens en début de semaine!



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 25 juin 2017