Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

13 mai 2013

Loréline est fébrile...

Loréline est fébrile...

Même que parfois, elle s'avance sur le ponton pour m'aider à débarquer...  Je lui flatte le museau en passant le balcon en lui disant que nous y allons bientôt...  Faut rester tranquille petite, mais c'est difficile lorsque l'on sait que le mât s'en vient prêt!

C'est après quelques rectificatifs sur le manchon qu'il nous a été possible de rabouter le mât, mais pas si facilement...  Parfois c'est plus facile à l'aide de plusieurs cerveaux.  Nous avons commencé par rentrer le manchon dans le haut du mât.  Le vieux singe m'a suggéré l'idée de refroidir le manchon dans de l'eau et la température ambiante se chargeait de réchauffer le mât ainsi dilater.  Quelques petites simagrées et quelques petits coups tranquilles...  Et le tour était joué.  Je devais percer le trou de la lumière de mi-mât et passer le fils.  Tant qu'à faire, j'ai passé tous les autres fils dans leur protecteur de mousse, ainsi que toutes les anciennes drisses qui seront à changer avant le matage.  Toutes ces opérations étaient plus simples à faire lorsque le mât était encore ouvert en deux, aussi bien en profiter. 

Mais la deuxième partie...  Mmmh...  Nous avons commencé par essayer de le rentrer de la même façon...  un peu difficile...  mais le vieux singe insistait tandis que je n'avais pas le temps de réfléchir.  Parfois c'est plus difficile de réfléchir lorsque l'on ne prend pas le temps...  Alors je suis allé chercher deux navigateurs dans le coin, des Anglais comme par hasard!  J'ai trouvé la situation pas mal comique.  Je me suis dit les Anglais contre les Français!  Chacun de leur côté du mât.  Une vraie catastrophe!  Rien ne fonctionnait comme du monde.  Mais par la suite, nous nous sommes mélangés et finalement l'un de ces marins eut l'idée d'utiliser les winchs...  juste là, à notre disposition directement sur le mât...  Je n'ai même pas eu le temps d'aller chercher mon matériel sur Loréline que le plus proche avaient sorti ses cordages et sa poignée de winch et en moins de deux minutes le mât était à sa place.

Avoir pris le temps de réfléchir!  Mais la situation me faisait bien rire et me faisait penser à la vie!  Il me semble que la journée que nous allons vraiment nous mélanger et prendre les idées de tout un chacun sans prétention, il me semble que la réponse se trouvera évidente...  Mais nous sommes encore dans un monde prétentieux, de compétition...  et j'arrête là, parce que sinon je vais m'emballer.

Je me serai bien amusé avec cette bande de joyeux marins!  Recherchant à leur façon cette complicité et ce partage!

Alors en fin de semaine, je peux dire qu'il en reste moins qu'il en restait!  Hi! Hi! Hi!  Il ne faut surtout pas crier victoire trop vite.  Bien que le mât soit consolidé, il restait un paquet de petites affaires à rajouter, la lumière de mi-mât, les marches que j'avais enlevées, la tête de mât...

Ouf...  celle-là, elle avait eu de la misère sur le bord du bateau lors du démâtage.  Je me suis rendu compte que l'axe qui la tient en place s'est fait bouffer le portrait, il y a donc du jeu...

La mission sera d'aller chercher quelque chose qui ressemble à l'ancienne, mais un peu plus gros afin de combler le jeu en limant tranquillement le trou que je viens juste de renforcir, car il avait égueulé.  À première vue, le jeu venait de cet endroit.

La main courante est réparée depuis dimanche.  Et je me suis aussi amusé à réapprendre à faire des épissures pour mes drisses neuves.  Je m'en reviens bon!  Mon ménage avance bien, mais il m'en reste pas mal à faire, j'ai des surprises.  Je me suis fait bouffer de la farine et du gruau par des charançons semble-t-il.  Et j'ai découvert une partie de mon infiltration d'eau, deux réservoirs de 23 litres d'eau percés...  Toute avance bien, lentement mais sûrement, une chose à la fois je n'ai pas le choix.  Lorsque je prends mon mât dans mes mains, je ne peux pas percevoir l'endroit de la craque d'un côté comme de l'autre!!  Youhou!  Juste avant de commencer à le riveter, j'ai pris bien soin de mettre au niveau les tréteaux avec une corde, impeccable!  Ce qui me garantissait pas mal de mettre le mât droit à sa place. Bien sûr que je l'ai enligné à l'oeil aussi...  Taper dessus et le wincher le plus possible pour ne pas qu'il y soit de jeu.

Dire que je me suis fait montrer la Croix du Sud par une terrienne...  Je l'avais donc déjà vu, mais mon cherche étoile du sud est remplis de constellations que je n'ai jamais vues auparavant.  J'étais donc incertain.  Mais là, je sais.  Je pourrai mieux étudier le ciel du sud à partir de sa croix!

Le gars commence à être fébrile aussi!! 



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 novembre 2017