Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

11 mars 2013

Quoi de neuf?

Quoi de neuf?

Suite à mon démâtage en octobre, comme la plupart d'entre vous devez savoir...

Il vous est sûrement arrivé de tomber sur un répondeur qui vous demande de  faire le 1, suivi du 3, le 5...  pour finalement vous rendre compte que votre besoin de ne peut être répondu et que le 0 n'est pas une option possible...  Finalement, on tourne parfois en rond...  Ou encore ces boîtes vocales à commande vocale qui ne comprennent pas ce que vous essayez de prononcer.  Des répondeurs conçus pour aiguiser notre patience. 

Eh bien, la meilleure qui m'est arrivée en plus de toutes celles-ci dans les dernières semaines... 

Laissez-moi vous raconter... 

Si j'avais les moyens, l'idée première était d'envoyer toute la marchandise pour réparer mon voilier avant même que je reparte.  Afin de m'assurer que le matériel soit rendu avant que je prenne l'avion, car parfois l'arrivée à la douane au Brésil est périlleux.  Malheureusement, suite à plusieurs appels téléphoniques, j'ai dû me rendre à l'évidence, l'envoyer coûte les yeux de la tête.  Je dois donc me résoudre à transporter tous mes haubans, mes drisses, mon manchon et j'en  passe, avec moi...  Pas loin de 250 livres à passer dans les aéroports.  Dire que je me trouvais pesant lorsque je suis revenu au Québec, avec à peu près rien...  Et de plus, je rencontre un problème à transporter mon manchon dans la soute de l'avion.

 Il y a un embargo en Floride dans l'avion pour Recife au Brésil sur la dimension et le poids des valises amenées.  Probablement dû à la dimension de l'avion.  Mon manchon serait 10 pouces de trop long.  Je ne pourrais même pas payer un surplus pour satisfaire la compagnie aérienne.  J'ai voulu parler à un préposé en français afin d'être certain que l'on se comprenne bien, ils m'ont transféré en Afrique du Sud, à Cape Town.  Lorsque j'ai voulu parler à son supérieur.  Il parlait en anglais...  J'ai dû me résigner et reprendre l'information exacte sur l'embargo.  En fait, si je comprends bien, je ne pourrais pas amener une planche de surf ou un vélo.  Du moins, pas à Recife.  J'ai mon voyage...  Je ne veux pas amener une si grande pièce que ça, seulement 60 pouces de long.  J'ai passé un avant-midi complet à retéléphoner... 

Alors, ce n'est pas compliqué, j'ai pris ma décision.  J'amènerai mon manchon pleine longueur comme il est actuellement.  En espérant que les êtres humains qui manipuleront ma pièce à l'aéroport comprendront ma situation.  Sinon, je devrai le couper de 10 pouces.  J'amènerai aussi une scie à métaux afin de faire le travail directement à l'aéroport s'il le faut...  Nous aurions pu le faire plus court, mais le matériel était là, donc nous l'avons utilisé le plus possible.  Vous auriez dû nous voir travailler dessus.  Le couper, le mesurer, le limer, le revirer de bord...  lui faire des entailles pour bien répartir les points d'appuis, le limer...  Il n'y a rien de plus valorisant que de produire quelque chose de ses mains.  Et si jamais il faut que je mette la scie dedans pour satisfaire un règlement non négociable, et bien que voulez-vous...  

 Nous aurons appris!



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 juin 2017