Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

7 novembre 2012

Retour à la case départ

Retour à la case départ

J'ai alors refait mon entrée au port de Cabedelo, qui est le port pour la région, lundi matin.  En revenant, j'ai fait un autre voyage de bois en vélo, tant qu'à passer par là.  Il faut que je fasse deux autres tréteaux afin de pouvoir aligner le mât facilement lorsque je lui mettrai son manchon.  Le soleil me brûle complètement.  Après 10 km, le vélo chargé à bloc de bois, il faut que je me repose.  Cette fois-ci par contre, je me suis fait un antiraguage pour la jambe avec de la corde.  Elle frottait sur ce bois rugueux la première fois, j'en suis ressorti avec une galle à l'endroit du frottement.

Mardi, j'ai envoyé mon profilé à une compagnie de mât, ici au Brésil.  Tout en m'informant des prix pour le gréement dormant.  J'attends des nouvelles.  J'ai déjà eu une approximation des coûts si je fais venir du Québec.  Je suis aussi allé porter une pièce à faire souder.  Ensuite, si le travail a de l'allure j'irai lui porter ce qui reste à faire, quelques bagatelles.  Un ami m'a fait découvrir le train, c'est son moyen de transport.  J'essaierai de me rendre la prochaine fois en vélo avec comme point de repère le chemin de fer...

C'est vrai que le froid me manque, il fait très chaud au Brésil.  Mais, n'y a-t-il pas meilleur moyen de comprendre un pays en prenant son rythme?  Je passe presque inaperçue avec mon bois sur le vélo...  le plus impressionnant que j'ai vu c'est un congélateur sur une brouette...  Un peu plus et j'arrêtais ma livraison de bois pour l'aider un peu...  Moi je transpirais à grosse goûte, mais lui, son corps dégoûtait sans cesse...

Je dois regréer mon voilier...  prendre du recul...

J'ai fait un montage vidéo bien simple durant ma dernière traversée, il est disponible en ligne présentement.  Il est sur la page d'accueil du site.  C'était juste pour vous montrer un aperçu...

Je suis le premier à être convaincu qu'il faut changer nos habitudes de vies, mais parfois malgré nos convictions, il faut être capable de se remettre en question...  peut-être suis-je trop loin...  mais j'ai tout de même utilisé mon moteur...  je ne suis pas si extrême que ça...  c'est l'équilibre qu'il faut rechercher...  comment le trouver...  si chacun était conscient de ses actions...  mais cette course pour devenir...  nous fait oublier qu'il y en a d'autre à côté...  et ce n'est pas parce que nous sommes riches que nous avons le droit de polluer, sinon le déséquilibre entre les hommes s'accentuera sans cesse...  et allez voir partout dans le monde ce que nous avons fait avec la technique au nom du développement...  de la pollution... 

J'écoutais en traversée une superbe chanson de chez nous,

Quand les hommes vivront d'amour, il n'y aura plus de misère...

Utopiste je suis...

Une petite photo d'une partie de Recife, marquant la dichotomie entre les mieux nanti vivant dans des édifices...  les plus pauvres avec leur barque, pêchant dans l'eau pollué de la ville...  comme je disais à un ami, probablement que ce poisson arrive dans l'assiette du plus riche le midi...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 17 octobre 2017