Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

31 octobre 2012

Toujours à Recife

Toujours à Recife

Ici les gens de la marina sont vraiment sympathiques. Ils m'ont organisé en deux temps trois mouvements. Samedi passé, je cherchais un équipement de plongée, je voulais plonger pour déprendre mon étai dans l'hélice... Pas évident à trouver, mais j'y étais presque lorsqu'un des membres m'a dit que de plonger avec ma main avec plaie ouverte allait me causer des maux de têtes, moi qui est fragile en plus, je tombe malade à rien, dès que je suis exposé à un microbe. L'eau est assez polluée quand même... Alors, il a bien fait de me ramener à l'ordre. Il n'était pas question que je paie un de ces bons travailleurs habitués à cette eau... Si je ne m'intoxique pas, je ne verrais pas pourquoi j'en intoxiquerais un autre... Sujet à réflexion et discussion, être responsable de notre pollution et ne pas en faire souffrir les autres plus que nous...

Peu importe, dimanche, il y avait une tablée de bons vivants, comme on les rencontre dans toutes les marinas. Il y en a un qui a dit on va t'organiser ça cette histoire d'hélice là. À travers les discussions, il y en a toujours au moins un qui peut me traduire, merci! Je me rends compte que le monsieur à côté de moi, celui qui a le plus l'air marin, cheveux légèrement bouclé, un peu long, grisâtre, barbu, exactement ce que j'aurai, sauf les boucles dans les cheveux... je me rends compte que l'on s'est croisé lors de mon départ de Jacaré. Il était à la barre d'un trimaran. Pendant que moi, je faisais mes derniers préparatifs pour lever l'ancre à la voile. Il s'est dit, il est fou ce mec... Il ventait et j'ai fait une rotation de 360 degrés avec la chaîne dans les mains. C'était un peu prévu, le bateau était mal placé alors en tirant sur la chaîne, le voilier de travers au vent à continuer son chemin, je tirais des bords la chaîne dans les mains... J'avais du fun bon!

Lui il me regardait faire... Avec son air impassible, les cheveux au vent... relax, progressant tranquillement sur trimaran... moi j'ai les cheveux attachés, je ne suis pas encore aussi détendu que ces gars d'expérience... Mais je me débrouille, eux démarrent le moteur, moi je m'entraîne sur la chaîne...

Peu importe, nous nous sommes revus ici! De belles rencontres comme j'aime les faire avec les marins! Alors là, ils m'ont fait un prix pour que je puisse sortir mon voilier de l'eau, acceptable. Je crois que l'un d'entre eux a donné un pourboire, car ils étaient incertains que les jeunes le feraient vraiment... Mais bon, on a sorti le bateau... On l'a rentré dans le trou de la descente... pas de moteur, à la dérive, à côté des autres bateaux... quelle expérience! Guy ! Trop fort pour la ligue! Après avoir vécu tout ça comment veux-tu être stressé... Le voilier part... la barre fait le reste!! Toi, tout ce que tu as à faire, c'est de relaxer, comme tu me disais de faire François!!
Aucun bris sérieux, en dessous, j'avais fait la moitié du travail en apnée, il restait 3 tours à défaire... un jeu d'enfant. Il y avait du monde, j'ai l'impression que je dois faire jaser un peu... les oreilles me claquent juste un peu.

Nous retournons donc à notre emplacement au moteur... Pout, pout, pout, pas de vibration, tout doux... belle Loréline... toute belle... reste à t'organiser ta patte cassée... fais toi en pas, je t'ai remis à flot plus d'une fois!! Je ne te laisserai pas de même...
Aujourd'hui, je me suis fait un jeu, je m'ennuyais à réfléchir que faire. Après avoir ramassé le pont de tous ses débris, j'avais commencé hier bien sûr. Le jeu s'intitulait, fait avancer ton bateau avec ce qui te reste, comme la soupe du vendredi dans les restaurants, on appelle ça du Touski (tout ce qui reste). Je devais jouer à Touski en solo. Pas d'œil pervers ne pouvait venir s'introduire, même pas de suggestion possible! Alors quelques bouts de cordage, une bôme, et des points de tire efficace, j'ai utilisé quelques poulies à certains endroits stratégiques! Je crois que c'est pas mal. La piscine à côté, j'en ai profité dès que le cerveau chauffait, ça l'air évident à faire...
Je devrais partir pour Jacaré, jeudi matin si tout va bien. J'ai vraiment eu un bon coup de main ici, mais je n'ai pas les moyens de me payer ce genre de marina...
Et de toute façon, plus le temps passe et moins j'ai le temps d'arriver en Australie et de repartir avant la saison des ouragans, de janvier à avril. Alors je pense sérieusement, revenir au Québec quelques mois. Essayer de renflouer les coffres un peu. J'étais déjà pas mal cassé avant le bris au mât, mais là, je ne peux pas rien faire pendant des mois... faut qu'il y ait des sous qui rentrent pour payer ces frais-là... La plantation d'arbres n'a pas été payante... Mais, je n'en ai pas terminé de cette histoire-là...
Ce que je véhiculais comme idée durant ce voyage faisait exactement l'effet voulu!! C'était ce que je voulais, partager avec des gens, faire réfléchir les gens, allumer des lumières... encore une fois j'étais bien dans ce que je faisais, si j'étais millionnaire, je consacrerais une partie de ma vie à cette rencontre, à cette diffusion d'idées rafraîchissantes, les gens en ont besoin, ils sont prêts, il s'agit de le faire, alors conjuguons, je fais... le temps présent étant le plus important... mais ne vous inquiétez pas, peu importe ce qui arrive, je repartirai, c'est toute ma vie, je n'y peux rien... dans quelques mois...

Je n'ai pas pris de décision finale, mais je ne vois pas de quelle manière je m'en sors, ça prend des sous. Je dois retourner travailler, faire des conférences si c'est possible, peut-être cogner des clous aussi un peu, ce qu'il sera possible de faire...
Alors si vous avez des idées, elles seront les bienvenues... merci...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 24 novembre 2017