Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

3 octobre 2012

Fait saillant de la journée

Fait saillant de la journée

Ce matin nous avons tiré des bords. Il me semble que ça fait quelques jours que nous pratiquons cet exercice... Au moins aujourd'hui, il y avait du vent. Nous avons même pris un ris en fin de journée, c'est excitant, il se passe quelque chose! J'avais bien dormi cette nuit, je veux dire profondément. Je me suis même souvenu de mon rêve... Tout un exploit. Un vieux rêve qui me revient sans cesse sous diverse forme, mais le fond est similaire. Il se passe dans un endroit sauvage, une grande baie entourée d'une plage. Il y reste quelque peu de végétation autour, avec des parois rocheuses un endroit vraiment magnifique. Mais où, si l'on pousse notre intrigue de l'endroit plus loin, il se trouve un endroit reculé. Mais à première vue, ce mystérieux endroit n'est pas visible donc personne ne le recherche. Mais lorsque l'on marche dans la bonne direction, en fait, il est facile à trouver... de l'autre côté de la colline verte! Un endroit perdu de tous! Mais combien différent, plus relaxant, plus sauvage, pur, ravigotant, vivifiant... Mais lorsque je traîne dans ce coin, je finis toujours par trouver un passage secrètement dissimuler... J'y pénètre et y découvre un genre d'usine! Un endroit creusé sous terre où quelque chose de mystérieux s'y déroule... Des gens y travaillent dans un but précis... En poussant mes recherches dans la grotte, j'y découvre le poteau rose! Je suis donc poursuivi et je trouve une sortie qui me mène directement à l'endroit reculé de tous où je me réveille... À mon avis, j'ai dû écouter trop de films de James Bond dans mon enfance!

Alors les virements de bord ont fini par cesser. Je crois... On aurait dit que différents systèmes météo se présentaient à moi, donc je devais les traverser, le vent changeait continuellement de direction. Tout à coup, mon étrave pointait vers le nord... virement de bord vers le sud... quelques minutes plus tard, l'étrave s'orientait vers l'est... bien sûr quelques grincements de dents s'ensuivaient...
Mais vers le milieu de l'après-midi, je crus que les virements de bord étaient terminés... du moins pour la journée!

J'ai vérifié ce matin très tôt, avec la même ligne à pêche qu'hier... mon frigo me suivait encore... je les ai laissés tranquilles encore un peu. Mais malheureusement vers midi lorsque j'avais le moral pour me mettre les mains dans le poisson. Mes amis ne se sont plus présenté la gueule, dommage, ce matin du premier lancer ils sont sortis de dessous la coque... Je me suis dit qu'ils seraient là un peu plus tard encore... Alors, j'ai pris l'option riz au thon en canne...

Aujourd'hui la mer n'est pas belle du tout. Le ciel est très gris. Sans compter les nuages très sombres qui se déchargent sur nous, mais au moins on a de quoi se rincer la peau, c'est toujours bon! Les vagues sont irrégulières, elles viennent de tous les sens et de différentes hauteurs. J'ai vu quelques vagues de deux mètres, mais la plupart sont d'à peine un mètre de hauteur. Elles sont courtes, donc relativement inconfortables, le bateau cogne dessus. Nous sommes toujours au près du vent, mais le cap cette fois s'en vient vraiment bien. En fin de journée, nous fonçons à une vitesse de 4.0 nœuds avec un cap de 240 degrés au lieu de 223 pour rejoindre Salvador au Brésil.

Ce matin, j'ai eu l'idée d'arrêter près de Recife au lieu de Salvador... J'y réfléchis simplement. Cet endroit raccourcirait mon trajet de quelques jours. C'est la ville la plus à l'est, donc j'aurais moins de miles à faire. Alors si quelqu'un pensait me voir à Salvador, jusqu'à maintenant je n'avais pas de contact au Brésil qui se soit manifesté, mais j'aimerais mieux le savoir au cas où je prendrais la décision d'arrêter à Recife au lieu de Salvador!

En passant, je ne reçois pas à bord du voilier, les messages que vous m'écrivez. Mais je les lis tous systématiquement en arrivant sur les continents te sachez qu'ils sont très appréciés, ils me font sourire, ils me font du bien. J'ai répondu à quelques-uns, mais la connexion en Afrique est vraiment très lente. Il est impossible d'ouvrir deux onglets en même temps. Alors je ne pouvais faire autrement que le minimum, j'aurais passé mes journées à faire que ça! Merci beaucoup de vos messages! Et si toutefois, il y avait un message important, je suis certain qu'un de mes proches me le transmettrait, il y a tout de même quelques personnes qui me suivent et qui ont accès à mon courriel en mer.
Les dauphins cognent à la porte!! Oui! Oui! Je suis là! Faut que je leur parle sinon ils ne reviendront plus... On les entend vraiment bien à travers la coque, ils disent bonjour!! Mais là je suis en train d'écrire et il fait noir, il n'y a pas de phytoplancton, alors je ne verrai rien...

Bon, je vous l'ai déjà dit, je crois. Mais présentement ça va bien, la communication par onde passe relativement bien, sauf depuis quelques jours, mais ça finit par passer. Il se peut qu'un jour ça ne passe pas beaucoup. Je veux juste vous rappeler que dans ces circonstances, j'essaierai d'envoyer au minimum ma position. Après le Brésil, je descends dans des mers assez profondes, des abîmes... on n'y passe pas tous les jours dans sa vie... mais plusieurs jours durant par contre... ce sera une navigation de plus de deux mois, peut-être 3... en espérant que la communication passe tout de même bien! J'avouerai qu'à partir d'ici, même depuis mon départ du Sénégal, j'entre dans un Nouveau Monde pour moi. C'est un peu excitant!

J'essaie de vous envoyer une photo de mon moyen de transport favori et celui de mes arbres aussi... Voyez, je traînais un arbre dans chaque sacoche! Malheureusement, j'ai cassé mon support à sacoche, mes 40 litres d'eau ont eu raison de lui... Je saurai bien lui faire une réparation temporaire permanente, il me reste des bouts d'aluminium...
Un peu coup de vent... Oh! là! là! J'ai bien fait de garder ma grand-voile arrisée! Pas besoin de me lever... 30 minutes plus tard, le vent reprend son ancien souffle et même s'affaiblit... vais-je larguer mon ris?

Mais pour cette nuit? Alors pour prendre une décision, je ferme mon ordinateur pour voir le ciel. Je suis assis juste dans la porte de la descente, donc entre l'intérieur et l'extérieur. En le fermant, la lumière s'éteint du coup, je vois immédiatement dans notre sillage des boules vertes luminescentes, dont le nom m'échappe...En tout cas, un jour je le retrouverai. Vive la navigation de nuit!! C'est trop beau!! Il n'y a pas de nuages noirs à l'horizon tout de même. Mais dans les circonstances actuellement, avec l'instabilité qui règne encore un peu, j'attendrai avant de larguer mon ris...

C'est mélodieux d'entendre le vent souffler dans le gréement, c'est comme le ronronnement d'une grosse bête toute douce qui s'assoupit... Les alizés s'en viennent!
Alors, je vous l'annonce présentement, je risque fortement d'arrêter à Jacare, un peu au nord de Recife... Cet arrêt m'éviterait quelques jours de navigation. Et hier, j'ai recalculé à peu près le millage à venir...

De toute façon, je reviendrai un jour, prendre plus le temps... J'ai beaucoup de route devant moi et mes contacts ont manqué. Mais je me suis toujours dit qu'à force de faire... plus de gens vont me prendre au sérieux...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 27 mai 2017