Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

28 septembre 2012

Patience

Patience

Il faut beaucoup de patience dans cette zone.  J'avoue en manquer un peu.  Je me suis fâché quelques fois.  Mercredi, je me suis baigné pour la première fois depuis mon départ.  La pétole complète pendant quelques heures.  J'ai remarqué un petit poisson qui se logeait sous la coque.  Comique, parfois il voyait une algue, il y nageait pour bouffer un peu et revenait rapidement à l'ombre.  J'ai vu quelques crabes, des minis.  Ils se déplaçaient du mieux qu'ils pouvaient, ils semblaient essayer de rejoindre l'ombre eux aussi, mais nous avions recommencé à avancer. 

Le vent presque nul.  Trouver le cap au près du vent apparent faisant en sorte que le régulateur tienne le tout...  pas évident...  mauvais cap de 120 degrés avec la dérive du courant, ou encore 280...  je crois que je préfère aller vers le sud...  Mais tout de même, j'ai essayé plusieurs fois, des deux amures pour être sûr.  Et de toute façon, le voilier ne tenait pas son cap vers l'ouest.  La vague parfois, aussi petite soit-elle, envoie le génois a contre.  Alors bon, cap au 120!  Il faut tendre à sortir du pot-au-noir un jour!

Mon hirondelle est décédée le soir même finalement.  Probablement la fatigue...  Je voyais bien qu'elle avait de la difficulté à se tenir, parfois je la retrouvais tombé de son perchoir.  Son copain, quant à lui, est venu la rechercher le lendemain.  Il s'est juché sur un cordage et m'a crié...  Désolé mon vieux, elle est à la mer!  Tu l'as épuisé avec tes idées de voyage à l'autre bout du monde.  Ça me fait penser à mes histoires...

Je ne vous en ai pas trop parlé.  Mais c'était la première fois que je m'attardais aux pêcheurs qui se situent juste à côté du club de voile à Dakar.  Le voilà mon bon monsieur!(la photo)  Après cette rencontre je n'ai pas eu le choix de lever les yeux un peu et rencontrer les pêcheurs du coin.  Ils m'ont vendu des crevettes et m'ont donné trois lottes.  Beaucoup pour moi seul!  Mais c'était bon!

Je lui ai donc acheté 3 arbres à ce vieux sage.  Avec celui donné par la pépinière, j'aurai donc planté quatre arbres sur la plage de la baie de Hann. 

À l'heure actuelle, il me reste 1600 miles nautiques à faire pour rallier la prochaine escale.



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 20 octobre 2017