Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

20 août 2012

Le gros soleil!

Le gros soleil!

Le gros soleil!  Il fait toujours du bien.  Après quelques jours de restrictions en dépenses énergétiques à bord de l'embarcation Loréline autour du monde, le capitaine de son vaisseau décide de faire un test de panneaux solaires.  C'est ainsi qu'avec ses vieilles installations d'il y a, je crois, environ 20 ans.  Il faudrait le demander à Geneviève et Pascal, les anciens proprios.  J'ai réussi à me lâcher assez lousse merci.  J'ai envoyé une photo à l'aide de ma radio amateur, j'ai écouté de la musique, j'ai repris contact avec le réseau du capitaine, j'ai même écrit à l'aide de l'ordinateur...  Et les batteries en demande encore!  Bien évidemment par contre, je navigue tous instruments de navigation fermés, lumière restreinte, sauf lorsque le besoin est nécessaire.

Une chance qu'il fait soleil.  C'est la raison pour laquelle j'ai toujours opté pour la bi-énergie!  En cas de gros nuages durant des jours!  L'éolienne m'est nécessaire.  Alors j'en profite, le temps que je peux.

Hier soir, j'eus droit à tout un spectacle de baleines.  Juste avant le coucher du soleil, j'en ai aperçu une à 100 mètres environ.  Je lisais le livre  Moby Dick durant ce temps.  Environ une heure plus tard, après que le voile de la nuit eut recouvert l'infinité de la mer dans une noirceur presque absolue, car la lune me semble absente de nos jours, elle doit se reposer.  Je comprends maintenant la raison pour laquelle le sextant s'avère inefficace lorsqu'il n'y a pas de lune, on ne peut voir l'horizon.  Comme je disais, lorsque la mer fut invisible à l'œil, j'entendis alors les mêmes bruits qui m'avaient averti de la présence de cette sombre créature, surnommé parfois léviathan, quelques minutes auparavant...   Je levai les yeux de mon livre...  ma frontale n'était pas assez puissante... je n'y vis rien, mais j'entendis une autre fois le même souffle de vie, mais plus rapprocher cette fois...  Il semblait en avoir plus d'une, car le même bruit se reproduisit de l'autre côté de l'embarcation...  à quelques reprises...  les bruits semblaient être à des distances différentes.  Donc, ils devaient en avoir 4 ou 5 de ces mammifères marins.  Après avoir scruté rigoureusement l'horizon à plusieurs reprises, tendu l'oreille, ouvert les yeux, afin d'essayer de voir une de ces ombres dans cette obscurité totale.  La frousse était presque à mes trousses.  Je replongeai ma tête dans mon roman Moby Dick, racontant la chasse à la baleine...  Une histoire à n'en plus dormir de la nuit...

J'aime bien savoir et utiliser les bonnes vieilles méthodes qui fonctionnent encore très bien.

Le sextant demande des notions et de la pratique.  En trichant un peu hier, j'étais à 26 miles de ma position estimée...  il m'en reste encore à faire...  on travaille là-dessus!



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 20 août 2017