Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

24 juillet 2012

Le brouillard me suit toujours

Le brouillard me suit toujours

Vous vous demandez qu'est-ce que je fais là?  Je vous laisse quelques minutes pour deviner, le temps de vous entretenir sur d'autre chose.

Le brouillard me suit toujours.  Ou bien le brouillard des bancs de Terre-Neuve a rejoint cette année celui de la Bretagne…  En ma laissant une fenêtre d'une journée de soleil entre les deux!  Il y a de l'humidité dans l'air, l'eau coule d'un peu partout à l'extérieur du bateau.  Mais j'ai été vraiment chanceux jusqu'à maintenant, la pluie est restée tranquille.  La visibilité varie entre 100 pieds et 3 miles.  Parfois, on voit le couvert se levé, nous faisant croire que le soleil veut sortir avec un peu de lumière qui passe, mais fut tôt fait de nous ramener à l'ordre.  Pas de soleil, pas d'étoile, brouillard à couper au couteau.  Je pourrais presque me laver dehors. 

Après deux charmantes journées où les miles filaient dessous la coque, le 21 t le 22 nous avons fait respectivement 138 et 131 miles nautiques.  Le vent s'est essoufflé.  Pour nous donner un peu de difficulté hier.  Le vent si on peut l'appeler ainsi, était d'à peine 5 nœuds.  Il virait un peu à l'est pour revenir au sud.  Donc, nous étions toujours à reprendre un cap convenable.  Le régulateur d'allure suit le vent, donc si nous sommes au près lorsque le vent vient d'est pour faire autant que possible  cap dans la bonne direction.  Lorsqu'il passe au sud, le cap de l'embarcation devient beaucoup trop sud donc il faut régler le régulateur de nouveau pour être plus de travers au vent.  Mais lorsque nous sommes de travers au vent, le vent apparent est plus faible, donc le voilier avance moins…  Nous avons passé la journée à faire un drôle de tracé sur la carte.  La nuit passée aussi d'ailleurs.  Me levant aux deux heures dans la bruine afin d'ajusté le gréement.  La nuit la température est plus fraîche, alors le point de rosée est atteint plus facilement.  La condensation se fait plus facilement.  La journée se terminera donc par à peine un magnifique  80 et quelques miles au livre de bord.  Au moins on avance!!  Garder le positif et laisser filer ce qui pourrait nuire au sourire sur les lèvres…  Tout comme d'ailleurs lorsque je regarde les nuages, je vois le soleil juste de l'autre côté, le soleil est partout en fait!  Et de ces nuages, nous en avons besoin pour faire pousser nos légumes… Et bien sur cette photo…  C'est mon foutu moulin à poivre qui n'a jamais bien fonctionné.  Et ne vous inquiétez pas, je ne l'ai pas acheté au magasin à une piasse, c'est très rare que  j'aille faire un tour dans ces endroits.  Mais déjà neuf, à peine s'il remplissait son contrat de travail.  J'ai une vraie tête de cochon, un vrai Fortier!  Je n'en achèterai pas d'autres, je vais lui faire la job un jour que j'aurai le temps.  J'ai finalement pris le temps durant cette traversée.  Je l'ai défait au complet, j'ai sorti mes limes et j'ai limé le mécanisme…  voilà!  J'aime le poivre.  Son achat remonte à ma première traversée en 2008 et voilà il mou très bien aujourd'hui!

Cette soif de tout savoir, de tout savoir faire aussi… me vient de mon père.  Qui lui, était un pousseux de crayon avec de la difficulté à cogner un clou avec une pelle.  Contrairement à mes grands-pères, qui eux (je me rappelle surtout de celui du côté de mon père, malgré que du côté de ma mère, il avait un magasin général donc forcément…),  étaient capables de tout réparer, de tout construire de leur main.  Chose qui s'est perdue à travers les générations avec la spécialisation de la main d'œuvre.  Alors, moi je ne voulais pas finir comme mon père.  Malgré que je lui dois beaucoup d'autres choses.  Son amour pour le sport, le plein air.  Son entregent et son dévouement.  Mais mon côté manuel, je suis allé le chercher ailleurs.  Mes chums, les plus perfectionnistes d'entre eux, me disaient d'ailleurs qu'il était essentiel que je sache me servir d'une lime.  C'était bien ça, pour refaire une poivrière?  Ai-je bien appris?



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 22 novembre 2017