Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

3 juillet 2012

Troisième nuit de navigation

Troisième nuit de navigation

Troisième nuit de navigation.  Il faut faire attention à ce qu'on dit et ne rien prendre pour acquis.  Je croyais que le vent persisterait.  Mais ce fut une mauvaise journée de navigation.  Après avoir rentré dans l'océan, le brouillard s'est levé et le vent a tombé.

Hier, j'ai vidé mes batteries a essayé de vous envoyer une photo.  Ce n'est pas si facile, les ondes ne circulent pas toujours bien.  Mais je tenais à vous envoyer l'image de Terre-Neuve.  Juste après avoir réussi, j'avais besoin de dormir.  L'éolienne fait vachement du bruit.  Je devais l'éteindre pour dormir un peu.  Pour ce que j'ai dormi...  En fait, depuis hier je ne suis pas du pour bien dormir.  J'ai l'impression que c'est pour tester ma patience.  Finalement, ce ne sont que des coups de vent, des petits coups, juste pour dire que ça souffle un peu.  Mettre un peu de vie dans tout ça!

Le vent souffle, j'ajuste les voiles, le régulateur...  L'éolienne tourne un peu, alors je sors l'ordinateur afin d'écrire un peu...  Mais le vent tombe,  je sors dehors.  Le gréement a besoin d'attention.  Il n'y a pas assez de vent.  Le bateau part au diable aux vaches.  Les voiles tapent dans le gréement, mes voiles neuves...  C'est un jeu de patience.  Je n'ai pas d'équipier pour me dire de démarrer le moteur.  Ça devient fatiguant lorsque le bateau n'avance pas.  Mais pour dormir un peu, je dois affaler les voiles, de toute façon elles ne font que s'user pour rien.  Alors, je me cale dans mon lit pour le temps que mon corps me le permet.  Au moins je ne recule pas trop  durant ce temps.  Environ une heure après, je me relève, il y a une puff de vent qui rentre.  Le jeu recommence...  Mais où il est le vent d'ouest annoncé.  Depuis hier que je n'ai que du vent d'est qui me fait tirer des bords dans l'océan afin de voir quel côté me ferait mieux progresser.  Décidément, je n'ai pas envie d'aller vers le nord.  Je ne partirai pas le moteur, seulement en cas de nécessité absolue.  Je ne suis pas venu ici pour brûler du diesel.  J'avoue avoir imploré le bon dieu quelques fois aujourd'hui.  Éole joue vraiment avec mes nerfs.

En plus, pas moyen de pêcher en paix.  Pour la deuxième fois de ma vie, un oiseau mordait à ma ligne.  J'ai pris du temps ce matin afin de me gréer une belle ligne, qu'aucun poisson digne de ce nom, ne pourrait y résister.  Avec cinq leurres en ligne, un orange, un jaune, deux verts pour finir avec un mené.  C'est bien ce dernier que l'oiseau s'est essayé.  Je n'ai pas pris le temps de le filmer, il fait bien trop pitié, à le voir prendre une tasse à toutes les fois que je tire sur la ligne.  Il n'a pas oublié de me mordre avant que je le remette à l'eau.  Bien top fatigué pour voler.  Au moins, il m'a laissé une plume en guise de reconnaissance.  Mais, je n'étais pas rassasié de poisson.  Après un moment, j'ai donc remis ma ligne à l'eau une fois que l'oiseau était hors de porter.  Vous auriez dû voir la demie douzaine d'oiseaux s'approcher.  Pas moyen de pêcher en paix.  Des oiseaux, pas de vent, comble de malheur, j'ai même réussi à prendre ma ligne dans mon safran à force de faire des ronds dans l'eau...

Épuisé pas ces simagrées, je dois affaler les voiles pour aller me coucher un peu.  Ensuite me relever, trouver mon vent, hisser les voiles, le régulateur...  pour un moment avancer un peu...  Ah! Voici ce fameux vent d'ouest...  You! Hou!  Ne pas trop parler fort...  car il vient de retomber, pour la 20ième fois aujourd'hui, j'y étais presque, au moins il venait du bon bord!

Je ne suis même pas sûr de pouvoir envoyé ce message...  je ne démarrerai pas ce moteur...



« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 25 juin 2017