Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

16 mars 2009

Lorsque l'on prend le temps les gens sont vraiment sympathiques!!!



Ce message a été écrit samedi passé!!
Comme vous le savez, je suis présentement ancré en pleine ville depuis quelques jours. Ainsi, je peux prendre le temps comme j‘en ai vraiment envie. Je marche dans la ville et m‘assois sur des bancs publics où il y a des gens, de purs inconnus. De cette façon, je fais les meilleures rencontres!! Hier matin, le monsieur rencontré vient du Ghana. Il habite à St-Lucie depuis maintenant 20 ans. Tout le monde de la place le connaît. Les gens l’appellent africa Man. Ainsi, la conversation s’est bien développée. Comme à l’habitude les paroles se sont enflammées. Finalement, je suis parti avec lui en autobus, il s’en allait près de l'endroit où j‘allais. De plus, c'était un plaisir pour lui de m‘indiquer convenablement l’endroit!! Lorsque je quittai l’autobus, en premier, les salutations prirent fin seulement lorsque l’autobus reprit son chemin. En espérant se revoir un jour, ne sait-on jamais?
Vous savez, en voyage à peu près tout le monde nous dit de faire attention!! D’accord, le vol est toujours possible! D’ailleurs¸ Joël s’est fait voler son portefeuille à Dakar. (En passant, j‘ai rencontré Orca-minor à St-Lucie, ils y sont encore pour quelques semaines, à titre indicatif, c’est un couple que Joël connait, rencontrés aux Açores) À mon avis les vols, ça peut arriver partout, même chez nous. Peut-être que dans les pays pauvres ou en voie de développement ça peut arriver plus souvent?! Lorsque j‘y réfléchis comme il faut, je n‘en suis pas si sûr.
Mais bon! Petite parenthèse… Pour ceux qui ne sont jamais allés dans ce genre de pays. On constate une nette démarcation entre les riches et les pauvres. Bien sûr, on s’en doute!!
Le problème c’est que les différences créent l’inconnu, et ce dernier fait peur. Alors, de quelle façon voulez-vous que les contacts se fassent. Mais, ne faut-il pas absolument faire contact si l'on veut connaître et ainsi comprendre ce que les autres vivent? Ici, je parle de façon internationale, mais je crois qu’on pourrait le transposer à tous les niveaux.
Alors finalement je ne partirai pas pour la Martinique cette fin de semaine. Le mécanicien n‘était pas disponible aujourd’hui. Je dois donc attendre lundi matin. Le bris est électrique, alors je n'ai pas encore assez de connaissances pour diagnostiquer le problème.
J’ai donc eu le temps, entre autres choses, de graisser le cabestan (winch) qui était rendu presque inutilisable. Maintenant, il est comme un neuf!!


« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 17 octobre 2017