Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales

Carnet de Bord

16 mars 2009

Donner au suivant!!!!

J’attendais lundi matin pour retourner voir le mécanicien. Ainsi, je faisais de légers travaux sur Loréline hier. Lorsque mon voisin de samedi est revenu près de moi dimanche. Comme il a l’habitude, il revient me voir avec son annexe. Mais cette fois-ci, c’était pour m’emprunter des outils. Il avait un problème avec le renvoi de la toilette. D’ailleurs, c’est un problème très désagréable à avoir, l’odeur est nauséabonde. Alors, je lui sors mes plus gros outils à bord. Je le vois revenir après quelques heures de travail. Il a trouvé le problème, mais l’endroit est exigu. Il me demande si je ne peux pas venir voir. Bien sûr, j’y suis allé. Le monsieur est français. Il a loué un voilier avec sa femme et un autre couple. En fait, l’autre couple se trouve à être la sœur de sa femme. Elles se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Les travaux ont bien sûr été plus longs que nous aurions pensé. Ils m’ont donc invité pour le souper. Et je suis retourné sur mon voilier seulement lorsqu’il faisait noir. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à terminer le raccordement. C’était peut-être dû à la fatigue ou bien un peu trop d’alcool. Ou encore une combinaison des deux!! En tous les cas, mes outils sont restés à bord, car je devais terminer le lendemain.
Donc, ce matin je devais aller chez le mécanicien en tout premier lieu. Bien sûr, le mécanicien m’a tout de suite reconnu. Je l’ai accompagné dans les coulisses. Je voulais avoir droit au cours de mécanique électrique. Et bien, il a travaillé presque deux heures et demie. J’ai participé aux opérations, c’est toujours plaisant d’avoir une troisième main. De plus, il voulait bien me montrer ce qu’il savait. J’avoue que j’aimais bien l’équipe de travail. D’accord, nous n’avons pas réparé le moteur. Mais nous avons réussi à diagnostiquer le problème à l’aide de pièces provenant d’un autre moteur similaire. Malheureusement, il ne pouvait pas me vendre ces pièces. Mais au moins, je sais ce qui est défectueux. De plus, nous avons réussi à démarrer le moteur et il l’a ajusté au poil. Alors savez-vous combien il m’a demandé??!! Il m’a dit : je ne peux pas te facturer le travail, parce qu’on est des frères et nous avons travaillé ensemble. Alors, il m’a seulement facturé un nettoyage de carburateur. 40 $ EC représentant 20 $ canadiens. J’ai mon voyage de terre, les deux bras me sont tombés. Je croyais que le coût s’élèverait au moins à 100 $, alors je voulais payer avec ma carte de crédit. Mais là, il voulait seulement 40 $. Vous savez combien il me restait dans ma bourse, 40 $.
Je suis retourné dans le voilier voisin pour terminer le travail, cela a pris 20 minutes. Ils sont partis tout de suite après pour les Grenadines. Si je n’avais pas été là, ils auraient perdu encore plus de temps.
Juste pour dire qu’un service en attire un autre.
J’en profite pour souligner tous les coups de main que j’ai reçus afin de partir pour ce périple. Vous savez un jour j’ai dit que le monde de la voile ce sont des gens qui s’entre aide. Et bien, j’aurais voulu élargir un peu la phrase. Car j’ai oublié sans l’avoir oublié, Danny. C’est un soudeur rencontré à l’île aux Coudres. J’avais sérieusement besoin d’un soudeur avant la mise à l’eau. Après avoir rencontré différentes personnes, je me fis indiquer cette personne et l’endroit où il travaillait. Alors, je pris contact avec lui. Imaginez-vous donc qu’il a fait le travail juste par plaisir de me rendre service. Il m’a dit toi tu vas en Afrique faire de la coopération, alors si on est plus capable de se rendre service??!! Encore merci Danny!! J’imagine que tu me suis encore??!! Je repasserai à l’île!!!
La vie est bien faite, profitez-en pendant qu’elle passe!!!!


« Retour

Sylvain Fortier - Les projets Équiglobales
2591, boulevard du Versant Nord
Québec, Québec, Canada
G1V 1A3
Téléphone : 418 928-8378
Courriel :

Imprimé le : 17 octobre 2017